||  FRICK AND FRACK FORUM  || Univers des Graph'X et des Fanfictions Index du Forum
|| FRICK AND FRACK FORUM || Univers des Graph'X et des Fanfictions Index du Forum   »  FANFICS BSB   »  AUTRES...   »  Fanfics en cours   »  Who do you love?
 Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1    

Who do you love?

Auteur Message
Vivi
Posté le: 26/02/2008 15:26:00 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
C'est mon histoire... L'histoire d'une jeune femme. Adolescente, elle était fan d'un groupe, d'un boys band. Aujourd'hui, ce groupe existe toujours et je suis toujours fan, mais j'ai évolué. Je suis devenue ce que je rêvais d'être: une jeune romancière; mais dans mon coeur, mes sentiments d'adolescentes sont toujours là, mélangées à ma raison d'adulte. Ce sont d'ailleurs ces sentiments qui me font trembler aujourd'hui. Me voilà à Londres, logée dans un palace: c'est pour "affaires", mais je n'aurais jamais imaginé que cela tournerait "aux affaires de coeur".
Tout avait commencé dès mon arrivée. A ma descente du train, je savais déjà à quoi m'attendre, puisque je m'étais moi-même arrangée pour obtenir ces dates de promotion. Les même que celles du groupe: les Backstreet Boys. A la base, j'avais juste demandé ces dates pour assister au moins à l'un de leur concert. J'étais arrivée avant eux, en ville, pour pouvoir travailler. Leur concert n'aurait lieu que deux jours plus tard, alors je pouvais me concentrer sur mon travail en attendant. Malgré tout, je n'arrivais pas à empêcher mon coeur de battre la chamade. Une personne de ma maison d'édition et une attachée de presse étaient venus m'accueillir à la gare et tout en m'accompagnant à l'hôtel, ils avaient abordé mon programme professionnel pour les deux jours à venir. Je ne savais pas si c'était la suite des événements qui détournaient mes pensées et m'empêchaient de l'écouter. Mon esprit avait envie de jouer les touristes, mais mes compagnons me rappelèrent rapidement à la raison et je dus me concentrer. Lorsque j'étais arrivée à l'hôtel, ou plutôt, au palace où je logeais, j'étais à nouveau concentrée sur mon travail. Avec la personne de la maison d'édition, Kim, je partis chercher ma clé et nous montâmes tous les trois à ma chambre, ma suite. La porte s'ouvrait sur un petit salon avant de passer une porte ouverte menant à ma chambre avec un lit gigantesque. J'aurais voulu être seule pour me jeter dessus, mais j'étais professionnelle et je voulais garder cette image sérieuse.
_Pour l'instant, vous pouvez vous reposer: vous avez une séance photo pour plusieurs magazines, ce soir. Vous avez quelques heures devant vous, avant que la styliste, le coiffeur et la maquilleuse n'arrivent.
Sur ces informations, Kim me quitta. On m'apporta mes bagages et même si la chambre était magnifique, je choisis de ne pas m'y attarder. Je pourrais profiter de ce luxe et du confort plus tard, mais pas de la ville. Alors, rapidement, j'enfilais ma tenue de sport composée d'un pantalon noir moulant mes jambes et un pull blanc un peu plus large. Après avoir attaché mes longs cheveux blonds en une queue de cheval , je les couvris d'une casquette noire. Fin prête, je quittais l'hôtel à petites foulées pour un jogging quasi-nocturne. J'avais besoin de me défouler pour évacuer mon appréhension et l'excitation à l'idée de revoir mes chanteurs préférés. En plus, Londres était une de mes villes préférées et parcourir ses rues eut vraiment le don de m'apaiser. A bout de souffle, mais comblée de fatigue, je revins à l'hôtel, non sans croiser beaucoup de monde devant les portes. Avec un sourire, le portier m'ouvrit et sans m'attarder, je m'étais dirigée vers les ascenseurs. Déjà l'esprit concentré sur le travail qui m'attendait plus tard et la délicieuse idée de combler mon corps d'un bain avant l'arrivée des stylistes, j'entrais dans un des appareils. Là, je marquais une hésitation avant de me retourner vers les portes qui se refermèrent sous mon nez. Nerveusement, j'appuyais sur le bouton de mon étage: je n'étais pas seule et la situation n'aurait sans doute pas pu être pire. Derrière moi, entouré de deux jeunes filles qui riaient presque bêtement, se tenaient Nick Carter, celui qui avait longtemps été mon inspiration et l'image physique de l'homme de mes rêves. Mais là, la scène avait tout d'un cauchemar et lui, ressemblait à un bellâtre. L'image du prince charmant était bien loin. Je ne l'entendais pas, car les deux filles minaudaient pour trois. Enfin, je fus soulagée de voir les portes s'ouvrirent à nouveau devant moi et sans attendre, je quittais l'appareil en trottinant, avant de marcher d'un pas énergique. J'étais tellement énervée par cette rencontre silencieuse que j'avais pu retrouver toutes mes forces. "Mais quel fumier! Et quelle déception!" Bien sûr, j'avais déjà entendu parler de ce genre de situations le concernant, mais avec la maturité, je l'avais cru calmé. De toute évidence, il n'en était rien. Rageuse, une fois dans ma chambre, je me déshabillai avant d'entrer dans la cabine de douche: l'idée du bain ne me séduisait plus du tout, bien au contraire. Si j'avais pu, je serais retournée courir, mais comme cela m'était impossible, je choisis juste de me rhabiller pour aller prendre un chocolat chaud au bar de l'hôtel et travailler un peu. Armée d'un bloc-note et de mon mp3, je descendis. Mes cheveux flottaient sur mes épaules, mais se trouvaient retenus par une barrette. J'avais aussi mis un petit pull à col roulé chocolat avec un jean gris à la mode. Je me sentais un peu plus sûre de moi, au cas où j'aurais de nouveau croisé Nick Carter. Je savais que c'était complètement stupide, comme réaction, car il ne m'avait même pas remarqué. C'était peut-être ça qui me dérangeait, en fait, presque autant que le fait de le trouver doublement en charmante compagnie. J'aurais peut-être voulu attirer un peu son attention, salaud ou pas, surtout si j'étais dans une tenue qui ne me mettait pas trop à mon avantage. Avec un soupir, je sortis de l'ascenseur: j'étais vraiment ridicule... Avec un soupir, je pris la direction du bar, bondé en cette fin d'après-midi. Cette vision me fit douter, mais en une seconde, je choisis de poursuivre mon chemin. Le murmure de la foule formait comme un ronronnement presque apaisant et après un regard alentour, je trouvais une place et une table libres. Après y avoir commandé un café, j'y retournai avec mes affaires. J'étais installée depuis près d'une demi-heure, les écouteurs sur mes oreilles, lorsque je vis une main apparaître sous mon regard baissé, ce qui eut le don de me sortir de ma concentration. J'eus un léger sursaut avant de lever les yeux en retirant précipitamment mes écouteurs et en me redressant automatiquement sur mon siège. Quelle ne fut pas surprise de découvrir celui qui m'avait tiré de mes pensées? J'aurais pu le "deviner" aux ongles vernis de noir et aux bagues sur ses belles mains, si je n'avais pas été aussi concentrée. AJ MacLean se tenait devant moi, un sourire amical aux lèvres.
_Pardon, je ne voulais pas vous déranger, mais il n'y a plus que cette place à votre table qui soit libre et... Est-ce que j'ai quelque chose sur le visage?, s'enquit-il, amusé.
Je me rendis alors compte que je le fixais, bouche-bée, et avec un peu trop d'insistance. Le rouge empourprant mes joues, je détournai les yeux en balbutiant:
_Excusez-moi, je ne voulais pas être impolie.
_Vous ne l'étiez pas, mais si vous tenez à être excusée, peut-être pourriez-vous m'accepter à votre table?
"Moi? Partager la table d'AJ?" Cela tenait du rêve: peut-être étais-je justement si perdue dans mes pensées que je rêvais éveillée à présent. Les sourcils froncés, je tentais de percer la réalité du rêve, mais je vis alors son sourire s'élargir.
_Je crois que je vous dérange...
_Non, non! Pas du tout! Je vous en prie, asseyez-vous, insistai-je.
Si je continuai, je risquais de voir s'évanouir ce rêve ou cette réalité, alors mieux valait tout oublier et faire juste comme si c'était vrai. Il posa donc son café et s'installa, tandis que je repoussais mon bloc-notes.
_Je ne me suis pas présenté: je m'appelle AJ.
_Je sais, répondis-je automatiquement, avant de m'arrêter. Je veux dire...
Je n'osais plus dire quoi que ce soit, alors ce fut lui qui prit la parole:
_A présent, je comprends mieux pourquoi vous me regardiez comme un extra-terrestre.
_Je suis désolée. C'est juste que je ne m'attendais pas à cette situation.
_Il faut dire que je vous ai sorti un peu brutalement de votre concentration. Mais c'est à présent mon tour d'être honnête: je vous avais remarqué et je vous ai trouvé tellement belle que je n'ai pu m'empêcher de vouloir vous rencontrer.
Aussitôt, je piquais un fard, les yeux exorbités par un tel compliment. "Alors là, ça tient vraiment du rêve", me suis-je dit, incrédule. Il éclata de rire devant l'expression de mon visage, ce qui me sortit de ma surprise.
_M... merci.
_De rien, c'est sincère. Alors, après autant d'honnêteté, suis-je en droit de demander votre prénom?
_Virginie.
_"Virginie", répéta-t-il, mais avec un léger accent. Et que faites-vous à Londres, si je puis me permettre?
_Je suis là pour le travail.
_Et en quoi consiste-t-il? Je suis désolé: je suis un incurable curieux.
_Ce n'est pas grave. A vrai dire, je suis romancière et je viens pour faire la promotion de mon dernier livre.
_Je distingue un accent dans votre voix.
_Je suis française.
_Et vous savez qui je suis? Je plaisante, mais je suis flâté.
Nous partîmes alors à discuter de nos vies respectives. Combien de temps s'écoula? Nous n'en avions pas la moindre idée. Nous discutions à bâtons rompus et je l'observais comme je l'écoutais: avec passion et la plus grande attention. Alors, ce fut non sans mal que j'entendis la sonnerie de mon portable, pourtant posée sur la table. Après m'être excusée auprès de mon interlocuteur, je décrochai:
_Virginie? Où êtes-vous?
_Hum... Qui est-ce?
_Kim, et je suis devant la porte de votre suite, en compagnie du styliste, de la coiffeuse et de la maquilleuse.
_Mon dieu! Je vous avais complètement oublié! Excusez-moi, j'arrive tout de suite.
J'étais un peu brutalement sortie de ma vie privée et rêvée, non sans déception. En me tournant vers AJ, j'éprouvais déjà des regrets.
_Quelquechose ne va pas?
_Je suis désolée, mais je vais devoir te quitter: on m'attend et...
_Oh, je vois: un petit-ami jaloux...
Sa remarque me surprit, puis me fit rire, avant que je ne réponde:
_Non, ce n'est pas du tout ça: je dois faire un photoshoot dans une salle de l'hôtel et là, mon équipe de relooking m'attend à la porte de ma suite. Je dois avouer que j'avais oublié...
_J'en suis ravi, répliqua-t-il avec un sourire en coin.
_J'aurais vraiment voulu rester, mais...
_Le devoir t'appelle: ne t'en fait pas, je connais ça moi aussi. Mais j'aimerais beaucoup qu'on se revoit.
_Moi aussi, j'adorerais.

_________________
Publicité
Posté le: 26/02/2008 15:26:00
PublicitéSupprimer les publicités ?
Vivi
Posté le: 26/02/2008 15:27:06 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
D'un commun accord, il me donna son numéro de téléphone, tandis que je notais le mien sur une serviette en papier. Sur une dernière bise, je le quittai, plus vraiment motivée pour travailler. En arrivant devant ma chambre, je fis de mon mieux pour sourire, non sans m'excuser au passage. Heureusement, Kim et son équipe ne parurent pas m'en vouloir. Après être passée entre les mains de Rachel, la maquilleuse, puis de Veronica, la coiffeuse, je fis des essayages en compagnie de Benjamin, le styliste. L'ambiance fut tellement détendue, que je parvins à semer mes regrets en route pour me concentrer, tout en entrant dans la nouvelle peau qu'ils m'avaient créé sur mesure. Vêtue d'une robe de soirée rouge à larges bretelles et qui s'évasait légèrement sous ma poitrine et dévoilait mes jambes, je me sentais déjà très féminine, mais la coiffeuse me donna encore plus l'impression d'être une femme fatale. Mes longs cheveux brillaient et ondulaient en forme de vagues sur mes épaules et dans mon dos. Et puis, il y avait ce maquillage, à la fois brillant et discret, qui me rappelait qui j'étais. Totalement à l'aise, je descendis jusqu'au salon où devait avoir lieu la séance-photo. Dans un style très élégant, plein de boiserie et de velours vert, avec de grands lustres. J'en étais presque impressionnée. Mais le plus difficile était à venir: poser. On se dit que c'est facile, mais une fois seule devant l'objectif, on est tout sauf naturel et on ne sait pas trop quoi faire de soi. Même la tenue ne fait pas le modèle. J'étais raide comme un piquet alors que je réalisais un rêve de petite fille. Et puis, je voyais l'équipe et le photographe soupirer. J'avais l'impression qu'ils s'impatientaient en déplorant mon incapacité, ce qui me rendait encore plus nerveuse.
Finalement, le photographe baissa son appareil et sur un soupir, il s'exclama:
_Il n'y aurait pas un moyen que vous vous décoinciez un peu?
_Je... je ne sais pas. Peut-être que s'il y avait un peu de musique...?
_Ok! Apportez-moi un poste alors!, s'exclama-t-il aussitôt. On fait une pause de cinq minutes!
Avec un soupir, je quittai la lumière des spots. C'est alors qu'en levant les yeux, par la porte entre-ouverte, j'aperçus la tête d'AJ qui jetait un oeil sans oser entrer. Quand nos regards se croisèrent, un sourire apparut enfin sur mes traits et je lui fis signe d'approcher.
_Alors, comment ça se passe?, s'enquit-il.
Le sourire se changea en grimace avant que je réponde:
_Une catastrophe. Ils auraient mis un poteau rouge ou un portant avec une robe rouge devant l'objectif, ça aurait été pareil.
Il éclata de rire avant de répliquer:
_Je suis sûr que tu exagères.
_Malheureusement non. Et le photographe et l'équipe perdent patience, je le vois bien. Ca m'ennuie, mais je ne sais pas quoi faire... Je veux dire: on me demande d'être glamour, une femme fatale, sûre de moi, mais je suis tout le contraire de ça.
_Dans ce cas, joue-le.
_Je sais, mais j'ai peur d'en faire trop et je n'ose pas...
_Ecoute, Virginie, tu peux toujours essayer. Après tout, ça ne pourra pas être pire que si tu restes toute raide et en exprimant seulement de la peur devant l'objectif.
Je savais qu'il avait raison, mais avais-je d'autre choix que de suivre son conseil? On ne me laissa pas vraiment le temps de réfléchir, car Kim revint avec un poste et une fois la musique en route, on me pria de me remettre à ma place:
_Tu veux bien rester?, priais-je à mon tour AJ, en retournant vers la lumière.
Avec un sourire confiant, il acquiesça. "Tell me" de P. Diddy et Christina Aguilera semblait exploser dans la pièce.
_Allez, on y retourne et cette fois, je ne veux plus de faux-pas, s'exclama le photographe.
Il me mettait un peu plus la pression et comme j'étais visiblement en difficultés, AJ vint me rejoindre, sans prêter attention aux récriminations du photographe:
_La musique va t'aider à te lâcher: danse, chante, prends-toi pour Christina Aguilera, si tu veux, mais tu dois oublier les gens qui t'entourent, le temps de retrouver ton assurance. Tu es magnifique et tu n'as rien à craindre.
Ses paroles m'encouragèrent et lorsqu'il fut certain que j'étais prête, il me quitta pour retourner plus dans l'ombre. Alors, pour suivre ses conseils, je fermais les yeux avant de commencer à danser en chantant. Finalement, presque sans m'en rendre compte, je rouvris les yeux, non sans avoir l'impression qu'une autre femme avait pris possession de moi. Je souriais, j'étais bien et je n'avais plus peur. Avec un naturel qui m'était inconnu, je m'amusais à prendre la pose, tantôt fatale et sexy, tantôt amusée et malicieuse. Pour rire, je me fis même quelquepeu séductrice, non sans jeter des regards faussement énamouré à AJ, qui semblait apprécier. Alors que je prenais de l'assurance et mon envol, le photographe s'exclama:
_On fait une pause, et on change de tenue.
Je mis quelques secondes à sortir de mon personnage, puis je rejoignis Alex, qui m'attendait avec le sourire:
_Alors, comment je m'en sors?
_Comme une pro: on dirait que tu as fait ça toute ta vie.
_Non, c'est juste que j'ai eu un bon professeur. Pour te remercier, on pourrait peut-être sortir après ma séance de photos? Enfin, si tu n'as rien de prévu, ce soir ou demain.
_Rien qui pourrait m'empêcher d'accepter, en tout cas, répliqua-t-il avec le sourire.
_Bon, je vais me changer et je reviens.
J'étais aux anges et je volai presque jusqu'à ma suite. Pour la suite de la séance de photos, on avait choisi un tailleur marron et un large chapeau légèrement incliné. Bizarrement, j'étais vêtue comme un homme, mais je me sentais terriblement féminine, presque autant qu'avec ma robe rouge. La séance passa à une vitesse-éclair, ce qui m'arrangeait parfaitement. Sans attendre, j'étais remontée dans ma chambre, car je comptais bien remettre la fameuse robe rouge, pour ressortir au bras d'AJ, même si ce n'était qu'un rendez-vous amical. Il m'avait donné rendez-vous justement au bar où nous nous étions rencontrés. Je le trouvais vraiment génial et j'avais vraiment envie de passer un bon moment avec lui. Je ne savais pas si j'allais être capable de passer à autre chose, s'il m'y invitait, mais la nuit était à nous et c'était tout ce qui comptait. Non sans soulagement, l'équipe de stylisme me donna un coup de main pour me préparer et ce fut presque en courant, non sans difficultés, sur mes talons, que je redescendis au bar. AJ se tenait devant l'entrée, au téléphone, et en posant la main sur le combiné, il s'exclama:
_J'arrive tout de suite: je n'en ai pas pour longtemps.
Un peu déçue, mais compréhensive, j'acquiesçais et gagnais le bar, en essayant de ne pas trop remarquer les regards masculins qui se retournaient sur mon passage. Une fois au bar, mon visage était presque aussi rouge que ma robe. Lentement, je m'étais juchée sur un des tabourets en croisant les jambes et je commandais un jus d'orange. J'avais la tête déjà remplie des moments que j'avais connu avec AJ et je me demandais à présent ce que la vie allait bien pouvoir me réserver.
_Bonsoir, s'exclama une voix masculine, qui me parut quelquepeu familière.
Les sourcils froncés, je tournais la tête vers l'inconnu et manqua m'étouffer en découvrant Nick Carter, assis sur le tabouret à côté de moi.
_Bonsoir, parvins-je à articuler d'une voix quelquepeu éteinte, les yeux exorbités.
Il était encore plus séduisant de près, si bien que le souffle me manquait presque. Je sentais mon sang tambouriner à mes tempes et ma respiration s'accélérer. Mais tout s'arrêta net, lorsqu'il se pencha vers moi pour me chuchoter quelquechose:
_C'est combien?
_Je... je vous demande pardon?
_Je vous trouve très à mon goût, alors j'aimerais savoir combien vous demandez pour m'accompagner dans ma chambre, histoire qu'on s'y amuse et qu'on passe un agréable moment?
Son sourire aurait pu être séduisant, s'il ne venait pas de m'insulter sans le savoir. J'étais bouche-bée et je me demandais encore, si j'avais pu m'endormir, si j'étais en train de faire un cauchemar. Mais il rappela bien vite à la raison, lorsque je sentis sa main sur mon genou, avant qu'il ne la remonte doucement sur ma cuisse. Ni une, ni deux, je lui vidais mon verre sur la tête et quittais mon tabouret.
_C'est pour moi, rétorquai-je, furieuse, en le foudroyant du regard, avant de tourner les talons.
J'étais dans un tel état que je passais devant AJ sans le voir dans l'entrée du bar. Il regarda à droite et à gauche, interloqué, avant de me courir après. Je ne voulais pas l'entendre; je ne voulais plus voir personne, en fait. Alors, quand il me retint par le bras, je voulus me débattre, presque comme une forcenée.
_Hey, Virginie, calme-toi, me murmura-t-il en me tenant à bout de bras. Qu'est-ce que tu as?
_Je... je..., balbutiai-je.
La colère m'empêchait de raisonner normalement, de réfléchir, et même si je m'en voulais pour ça, je ne voulais pas voir AJ, juste parce qu'il était un ami de Nick. Mais je ne voulais pas semer le trouble dans leur groupe pour autant, alors comment faire? Que dire? Même le regarder simplement, m'était pénible. Je bouillais encore et toujours, mais si je voulais qu'il me libère, je n'avais pas vraiment le choix. Au prix d'un gros effort, je relevai la tête pour le regarder en face avant de rétorquer après un soupir:
_Ce n'est rien: j'ai juste été abordée par... par un salaud! Un pervers qui m'a pris pour une prostituée et qui m'a demandé combien je demandais pour monter avec lui dans sa chambre!
Je rugissais, alors que les yeux d'Alex s'écarquillaient de plus en plus.
_Tu déconnes?
_Non! Et je peux te dire que j'aurais vraiment préféré.
_Vas-y! On y retourne et je lui défonce sa sale gueule avant de le faire virer de l'hôtel.
Saisie par la peur, je le retins de toutes mes forces: j'avais tellement qu'il ne découvre l'identité de mon "pervers" et qu'il ne s'embrouille avec Nick.
_Non! S'il te plaît, je préfère qu'on sorte et que je me change les idées.
_Tu es sûre? Parce que je peux vraiment...?
_Non! Merci, mais je préfère qu'on en reste là. Je suis juste pressée de quitter cet endroit.
_Ok, alors viens, je t'emmène, déclara-t-il en me prenant par la main. Je te promets de te faire oublier tous tes soucis, ce soir.

_________________
Vivi
Posté le: 28/02/2008 22:17:11 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Au sourire qu'il m'adressa, je n'eus envie que de le croire. Je l'aurais presque suivi les yeux fermés. Au fil des minutes, sans doute parce qu'on s'éloignait de l'hôtel et de Nick, ma colère insensée contre AJ s'évanouit peu à peu. Nous montâmes dans un taxi pour aller dans un restaurant qu'il avait découvert lors de son dernier séjour. Notre table se trouvait dans un coin discret et la lumière était tamisée pour que les invités conservent un semblant d'intimité.
_Est-ce que ça va un peu mieux?, s'enquit-il presque timidement.
Amusée, j'esquissais un sourire avant d'acquiescer. Toute la soirée, il se montra présent et attentionné, faisant vraiment de son mieux pour nous faire passer une excellente soirée, et il y parvenait sans mal. Après le dîner, nous étions partis danser dans un club et nous n'étions revenus à l'hôtel que vers 3h du matin. Au cours de la soirée, nous nous étions beaucoup rapprochés. Bien sûr, nous avions fait davantage connaissance, mais un certain rapprochement physique s'était également produit. Il n'y avait eu aucun baiser, mais nos mains se cherchaient souvent et au club, on s'était souvent effleurés pour se séduire. Nous avions beaucoup ri aussi et bon nombre de nos silences avaient eu lieu lors de "chastes" étreintes. J'avais l'impression que son regard cherchait toujours le mien, ce qui m'intimidait parfois. Ce n'était plus AJ des Backstreet Boys, ou même AJ MacLean, qui se trouvait à mes côtés, mais juste AJ, un homme séduisant, drôle, attentionné, tendre, sexy... J'étais vraiment bien avec lui et à notre retour à l'hôtel, je fus déçue à l'idée de me séparer de lui pour quelques heures. J'aurais voulu lui proposer de m'accompagner dans ma chambre, mais je craignais qu'il ne le prenne pas comme je l'espérais. Je n'étais pas prête à coucher avec lui: il était encore bien trop tôt pour moi. Mais j'étais si bien avec lui que j'aurais voulu passer encore du temps avec lui, partager d'autres moments, d'autres discussions et d'autres éclats de rire. Nous marchions côte à côte, main dans la main dans le hall, mais si lentement que notre hésitation était évidente.
_J'ai vraiment passé une excellente soirée et tu vas peut-être trouver ça drôle, mais c'est la première fois depuis longtemps que je passe une aussi bonne soirée sans avoir bu d'alcool. J'apprécie vraiment ça chez toi.
Son aveu amena un nouveau sourire sur mon visage. Je ne pensais plus du tout à ma mésaventure avec Nick, quelques heures plus tôt. Il me semblait même que cela faisait partie d'un rêve ou d'une autre vie. Après cet aveu, j'avais encore moins envie de le quitter, mais comment le lui dire ou le lui faire comprendre? Nous montions dans l'ascenseur et je m'étais quelquepeu perdue dans mes pensées, à la recherche d'un moyen, lorsque la voix d'AJ me réveilla:
_A quel étage es-tu?
Je fronçais les sourcils avant de revenir sur terre en essayant de comprendre.
_A quel étage se trouve ta chambre?, expliqua-t-il en souriant, amusé.
_Ah..., répondis-je faiblement, avant d'appuyer sur le bouton correspondant.
Mais alors que je me redressais, il me prit la main et mon regard surpris croisa le sien, sûr de lui.
_Virginie, je n'ai pas envie que cette soirée, cette nuit prenne fin. J'espère que tu ne le prendras pas mal, mais j'ai envie de rester avec toi. Je sais qu'on se connaît à peine, mais je voudrais juste être avec toi. Je te promets d'être sage et de ne rien tenter, de ne pas te mettre la pression, de...
_J'accepte!, me suis-je empressée de lui lancer en souriant, tant j'étais ravie de nous savoir sur la même longueur d'onde.
_Quoi? Tu es sûre? Je veux dire...
_Tu essayes de me convaincre de refuser ou quoi?
_Non, non! Surtout pas!
Je le voyais trépigner, tandis que l'appareil s'élevait jusqu'au quatrième étage où se trouvait sa suite.
_Je te rappelle que tu m'as promis d'être sage, ne puis-je m'empêcher de le taquiner.
_Seulement si tu l'es aussi... Et j'espère bien que tu ne le seras pas trop, chuchota-t-il à mon oreille, en se penchant vers moi.
Il renchérit avec un clin d'oeil. Je ne sais pas pourquoi ou comment, mais je n'étais pas du tout mal à l'aise, alors que je suivais un homme dans sa chambre. C'était étrange, car même si AJ ne faisait partie de ma vie que depuis quelques heures, j'avais déjà confiance en lui... peut-être parce qu'il avait été là pour moi, présent comme un ami. Ce n'est qu'une fois devant la porte de sa chambre, qu'un léger tressautement me saisit au niveau de la colonne verticale. Enfin, il ouvrit la porte et une fois à l'intérieure, dès que la lumière fut allumée, un sourire amusé se dessina sur mes lèvres, malgré mes efforts pour l'aténuer. Un peu partout dans la pièce, le sol était parsemé de vêtements propres ou sales, qu'AJ s'empressait de ramasser en balbutiant nerveusement:
_Je... je suis désolé... pour le désordre: je ne m'attendais pas vraiment à avoir de la compagnie.
Il débarrassa donc la pièce de tout ce fatras qu'il jeta dans un coin avant de me proposer une place sur une chaise. Mais une fois là, moi sur cette chaise et lui, visiblement tendu et assis sur le bord de son lit, un malaise s'installa avant qu'on éclate de rire, le brisant en mille morceaux. D'un commun accord, nous nous étions assis sur la moquette, pour être à égal. Evidemment, le lit était une autre possibilité, mais bien trop dangereuse et tentante à notre goût. Nous discutâmes encore un peu, jusqu'à ce qu'on eut donné des signes de fatigues.
_Je devrais retourner dans ma chambre à présent. Il est tard et nous avons tous les deux beaucoup de travail qui nous attend demain.
_Ou tu pourrais dormir ici, avec moi: je te promets d'être sage.
_C'est bizarre: j'ai déjà entendu ça quelquepart, fis-je remarquer, amusée.
_Et est-ce que j'ai menti? J'ai été correct, non? Alors, qu'est-ce que tu crains en restant encore?
A mon sourire, il comprit qu'il avait déjà gagné. Alors, il se leva et me tendit la main pour m'aider à faire de-même. Mes jambes étaient enkilosées, alors son soutien était le bienvenue. Nous étions restés habillés évidemment, mais une fois allongés sur le couvre-lit, il m'enlaça. J'étais bien, et lui aussi, je pense. Apaisés, nous nous étions rapidement endormis. A mon réveil, seulement quelques heures plus tard, j'étais seule sur le lit. J'arrivais à peine à ouvrir les yeux, alors je pris le temps de m'étirer, de baîller et d'ouvrir les yeux, avant de me redresser, pour découvrir AJ debout et nonchalamment appuyé contre le chambranle de la salle de bains.
_Ca fait longtemps que tu m'observes?
_Cinq bonnes minutes, mais je les savoure.
Avec un soupir, je me redressais, les yeux à peine ouverts. Mais le temps de réaliser où je me trouvais, je sentis mon visage s'empourprer.
_Tu ne devrais pas me regarder.
AJ éclata de rire et demanda sans changer quoi que ce soit:
_Pourquoi? Tu es très belle, même au réveil.
J'esquissais un sourire avant de demander:
_Quelle heure est-il?
_7h30.
_Quoi?, m'écriais-je après quelques secondes de silence.
La seconde suivante, j'étais debout, ou plutôt à quatre pattes sur la moquette, lancée à la recherche de mes chaussures.
_Vivi, qu'est-ce que tu fais?
_Je cherche mes chaussures et j'apprécierais beaucoup que tu m'aides.
_Pourquoi?
_Il faut que je retourne dans ma chambre pour me préparer: j'ai rendez-vous dans une heure avec mon attaché de presse et j'ai des interviews à donner toute la matinée.
_Et ça doit t'empêcher de déjeuner?
_Non, mais...
_Alors, on va le prendre ensemble. Je l'ai déjà commandé et il ne devrait plus tarder. Tu peux utiliser ma salle de bains, si tu veux?
Sans attendre, je m'y étais précipitée, mais avant d'y entrer, je l'avais rapidement embrassé sur la joue en murmurant un "merci" auquel il n'eut pas le temps de répondre dans l'immédiat. La seconde suivante, je refermais la porte derrière moi et m'y adossais avec un soupir tendu. "Mon Dieu, mais que se passe-t-il?" Bien que sagement, je venais de passer la nuit avec AJ MacLean... Mais qui il était, n'était pas la chose la plus choquante: je le connaissais à peine... Bien sûr, il était adorable, drôle, attentionné et j'avais l'impression d'être avec lui comme avec un ami de longue date. Pourtant, ce n'était pas le cas: il n'était pas mon ami et en sa présence, j'en arrivais à ressentir des sentiments qui me troublait totalement. Un peu dépassée, je gagnais le lavabo sur lequel je m'appuyais en gardant tout d'abord la tête baissée. Il me fallut quelques secondes avant d'oser affronter mon reflet. Ma surprise n'était pas feinte, face à mon visage rayonnant malgré l'absence de sourire. J'étais heureuse: cela se voyait dans mes yeux. J'étais bien avec AJ, mais essayait-il vraiment de me séduire ou était-ce juste une fausse impression? Une élucubration? Et si je ne me trompais pas, qu'allais-je pouvoir faire? Je veux dire... Est-ce que cela pourrait seulement nous mener quelque part? On se connaissait depuis hier et je devais repartir après-demain. On se quitterait, pour de bon ou pas, mais au fil du temps, j'étais persuadé que nous perdrions le contact. Une relation ne nous mènerait nulle part... Bien sûr, je ressentais quelque chose en sa présence; j'étais bien avec lui et il parvenait même à me troubler. Je l'appréciais vraiment, mais malgré tous mes efforts pour sonder mon coeur, j'étais incapable de dire si mon trouble existait, parce que c'était AJ MacLean, ou juste parce qu'il était un homme qui me plaisait. Oh, bien sûr, je pouvais aussi profiter de la situation actuelle, sans penser au lendemain... mais ce n'était pas "moi" et je n'étais pas sûre d'en être capable. Alors que faire? Devais-je lui en parler pour savoir ce qu'il voulait, ce qu'il espérait? Si ça se trouve, il me prendrait pour une idiote ou une folle, et d'un autre côté, je n'avais pas envie de gâcher les moments que je pouvais passer avec lui. "Après tout, nous ne sommes pas obligés de sortir ensemble: on peut aussi passer du temps en tant qu'amis". C'était là la meilleure solution, du moins jusqu'à ce que je sache vraiment ce que je ressentais pour lui. Aurais-je seulement le temps de le découvrir? Ca, je n'en étais pas du tout certaine, mais les options étaient limitées.
Le temps s'écoulait, alors que je n'avais pas vraiment le temps de le laisser filer. Après m'être passé les doigts dans les cheveux pour les démêler un peu et les remettre en état, et m'être passé de l'eau sur le visage, je jetai un bref coup d'oeil à mon reflet et soupirai avant de daigner sortir. Dès que j'eus passé la porte, je découvris une table dressée et couverte de mets variés. A mon entrée, AJ se remit debout, comme s'il était nerveux et cela me rassura un peu.
_Je ne savais pas ce que tu prenais au petit-déjeuner, alors j'ai commandé un peu de tout, balbutia-t-il tout bas, de sa voix rauque.
Un léger sourire aux lèvres, je le rejoignis et avec galanterie, il s'assit en même temps que moi. Nous bavardâmes peu, même si l'ambiance n'était pas froide; en fait, je sentais son regard peser sur moi, tandis qu'il m'étudiait, comme s'il cherchait à percer mon mystère. Il me fixait intensément, ce qui me fit rougir malgré moi et même le jus d'orange frais fut inefficace. Finalement, je choisis de l'affronter en feignant l'innocence, et lui demanda en croisant son regard:
_Est-ce que j'ai quelque chose sur le visage?
_Non, rien... Je te trouve juste magnifique.
J'eus un rire bref et nerveux, avant de répondre, quelque peu ironique:
_J'ai les cheveux en bataille, le maquillage qui a coulé, et des cernes sous les yeux...
_Oui, et tu es très belle au naturel.
_Tu es dingue, AJ!, répliquai-je en riant honnêtement.
_A vrai dire, je m'attendais à une autre sorte de compliment, mais oui, je conçois que je suis un peu dingue; mais je peux aussi être sérieux, comme maintenant. Tu ne veux pas me croire?
"Oh si, je le croyais, quand il disait qu'il me trouvait belle! Car à cet instant, son visage était si éloquent que je n'avais pas le moindre doute sur ce qu'il pensait. J'étais son centre d'intérêt et mon coeur battait à toute vitesse à cette idée. Je n'osais même plus le regarder en face.
_Qu'attends-tu de "nous", Virginie?
Il parlait de "nous", comme si nous formions un couple. Etait-ce vraiment le cas? J'étais perdue...
_Je te pose la question, parce que tout se mélange dans ma tête.
_Nous sommes deux dans ce cas.
Il esquissa un sourire paisible et rétorqua, son regard adouci:
_C'est un bon début.
_"Un bon début" pour quoi, AJ? On se connaît à peine et on se quittera dans quelques jours...
_Tu as le chic pour remettre les gens à leur place!
_Pardon, je ne voulais pas être aussi brusque! Mais je ne sais pas quoi faire: on s'entend à merveille, toi et moi et j'adore passer du temps avec toi. Une partie de moi à peur de m'attacher à toi et d'être blessée au moment où on se quittera; et l'autre voudrait passer autant de temps que possible avec toi.
_Moi aussi, je le voudrais! Vivi, je ressens la même chose que toi.
_Alors, que doit-on faire?
_Je ne sais pas... On peut toujours passer du temps ensemble, histoire de se connaître de mieux en mieux. On n'est pas obligé de sortir ensemble, mais je préfère être avec toi pendant les jours qu'il nous reste, plutôt que de ressasser des regrets.
J'étais complètement d'accord avec lui, mais je me connaissais assez pour craindre les représailles de mon coeur.
_Qu'en dis-tu?, m'interrogea-t-il finalement en cherchant mon regard.
J'avais l'impression de me tenir au bord d'une falaise sur le point de s'effondrer, alors je ne perdis pas un instant pour répondre, un peu sans réfléchir, guidée par mes envies:
_Je veux rester avec toi et qu'on passe du temps ensemble.
Un sourire un peu plus détendu apparut sur les lèvres d'Alex.
_Enfin, dans l'immédiat, il faut que je regagne ma chambre avant que mon attaché de presse n'alerte tout l'hôtel, répliquai-je en me levant. Je suis désolée, mais on peut peut-être se retrouver plus tard?, suggérai-je dans l'espoir de ne pas le vexer.
_Pour déjeuner, par exemple?, répondit-il aussitôt avec un sourire en coin.
_Tu ne perds pas de temps, répliquai-je, étonnée, mais ravie.
_Il faut dire que nous n'en avons pas énormément sous la main. Alors, qu'en dis-tu?
_Ca me plairait beaucoup, mais je ne sais pas jusqu'à quelle heure j'aurais à donner des interviews.
_Ce n'est pas grave: les gars et moi avons aussi des obligations, ce matin. Tu n'auras qu'à m'appeler sur mon portable, quand tu auras fini, renchérit-il en me tendant un bout de papier sur lequel était griffonné une série de chiffres.
_Tu avais tout prévu, on dirait?, ne puis-je m'empêcher de le taquiner.
_Le temps nous est compté, alors j'ai en quelque sorte, pris les devants, répondit-il avec un sourire en coin.
Pendant une bonne minute, je fixais ce numéro, et une crainte me poussa à rétorquer d'une voix timide, en relevant les yeux vers AJ:
_Alex... Je ne suis pas le genre de filles qui se jète à la tête d'une célébrité. Je ne couche pas juste pour coucher: il y a toujours des sentiments derrière. Alors, je ne veux pas que tu t'attendes à ce que...
Les mots avaient du mal à sortir, mais face à mon hésitation, il me prit la main sur la table et avec un tendre sourire, il répliqua simplement:
_Je sais. Rassure-toi: je n'attends rien de toi. Je veux juste qu'on passe le plus de temps ensemble.
Une fois que les choses avaient été mises au clair, je m'étais détendue jusqu'à la fin du repas où il avait gardé ma main dans la sienne. J'étais si bien avec lui, j'avais tellement l'impression "d'exister à ses yeux", de compter. Sans doute, parce qu'il ne faisait attention qu'à moi, m'observant comme s'il était séduit, avec une telle intensité que j'en rougissais de plaisir. Je sentais mon coeur battre la chamade et je devais faire un gros effort pour ne pas me lever et aller m'asseoir sur ses genoux pour me retrouver contre lui, au creux de ses bras.

_________________
Vivi
Posté le: 28/02/2008 22:18:27 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Malheureusement, lorsque je dus me lever, ce fut pour quitter cette chambre, non sans une vague de regrets qui se peignit sur mon visage.
_Qu'y a-t-il?, s'enquit-il en me prenant les mains.
_J'aurais tellement préféré rester avec toi, ce matin.
Un instant, je craignis de m'être mal exprimée et comme je ne voulais pas qu'il se fasse une fausse idée de moi, je relevais la tête. Comme si c'était ce qu'il attendait, il me sourit et répondit:
_Je sais ce que tu ressens et ce que tu veux dire: moi aussi, j'aurais voulu qu'on passe plus de temps ensemble, ce matin. Mais ce n'est que partie remise et on pourra se retrouver rapidement.
Ses encouragements me réchauffèrent le coeur. Lentement, en gardant ma main dans la sienne, il me raccompagna à sa porte, mais une fois qu'il l'eut ouverte, il m'arrêta:
_Je pourrais peut-être te raccompagner à ta chambre?
Evidemment, il ne suggérait rien de sexuel là-dedans: il voulait juste repousser l'ultimatum et le moment de notre séparation, même d'une ou deux minutes. Sa réaction me fit sourire et tendrement, ma main vint caresser sa joue avant qu'il ne s'en saisisse pour déposer un baiser au creux de ma paume.
_J'aimerais beaucoup, mais je crois que nous aurions encore plus de mal à nous séparer ensuite.
_Ce n'est pas faux.
_Il vaut mieux que j'y aille maintenant. A tout à l'heure?
Il acquiesça en me fixant et nos mains se quittèrent lentement, à mesure que mes pas m'éloignaient de lui. Mais juste au moment où je me retournais, il attrapa mon poignet et lorsque je lui fis face, je sentis ses lèvres capturer les miennes. Cette magie ne dura que quelques secondes, mais j'étais si bien que je fermais les yeux jusqu'à ce que je l'entende murmurer contre ma bouche:
_Je n'essaye pas de t'influencer ou de te mettre la pression, mais je tiens à ce que tu saches que tu me plais... beaucoup.
En le regardant en face, je sentis une pointe de timidité en lui. Peut-être était-ce parce qu'il n'osait pas me regarder dans les yeux? Conquise par cette nouvelle facette, je glissais ma main sur sa joue avant de reprendre ses lèvres de la même façon qu'il l'avait fait.
_Je n'essaye pas de t'influencer ou de te mettre la pression..., commençais-je avant qu'il ne rit légèrement en soupirant. Mais je veux que tu saches que tu me plais beaucoup, AJ MacLean.
_C'est grâce à mon charme naturel, rétorqua-t-il pour se détendre autant que la situation.
J'éclatais d'un léger rire, non sans lui frapper légèrement au bras.
_Il vaut mieux que tu y ailles maintenant, avant que je ne décide de mettre mon plan à exécution et de te prendre en otage, rétorqua-t-il sans bouger pour autant.
Il ne levait toujours pas les yeux vers moi, comme si un simple regard pouvait le faire basculer vers cette "décision".
_Méfie-toi: ça pourrait me plaire, ne puis-je m'empêcher de le provoquer.
Le voyant sur le point de céder, je l'embrassais rapidement une dernière fois avant de me libérer. Je sentais son regard me suivre et sur une dernière pirouette, je lui envoyais un baiser qu'il fit semblant de recevoir en plein coeur, telle une flèche. Une main sur le coeur, il s'appuyait au chambranle de sa porte et après un dernier signe de la main, je tournais au coin d'un couloir. L'esprit rêveur, j'avais des étoiles plein les yeux, ce qui me rendait aveugle à tout ce qui m'entourait. Alors, j'eus un bref sursaut en rentrant dans quelqu'un.
_Oh, pardon! Excusez-m...
Les mots moururent dans ma bouche en reconnaissant ma "victime", qui rétorqua d'une voix traînante, tout en laissant glisser ses mains le long de mes bras, comme son regard sur moi:
_Mais tout le plaisir est pour moi... Comme on se retrouve! La nuit a été bonne à ce que je vois...
Sentant le danger approcher, je voulus faire un pas sur le côté pour le contourner, mais il s'interposa encore:
_Je suis désolée, je...
_Tu ne vas pas déjà me laisser?
_On m'attend, rétorquai-je en gardant les yeux baissés.
_Un autre client, je suppose? Dis-moi combien il te doit: je peux sûrement faire mieux.
_Vous vous méprenez, rétorquai-je en essayant encore de passer.
_Allons, je ne te demanderais que quelques minutes, mais je saurais être très généreux.
Pour preuve, il me glissa un billet dans le décolleté de ma robe. J'étais tellement outrée et inquiète que je n'avais pas vu le coup arriver.
_Alors? Tu vas te montrer un peu plus chaleureuse maintenant?, s'enquit-il d'une voix enjôleuse.
Bouche-bée, les yeux exhorbités, je le fixais en silence pendant quelques secondes, avant de lui répondre d'une gifle et de tourner les talons... ou du moins d'essayer. J'avais voulu profiter du "choc" pour m'esquiver, mais à peine fus-je passée à côté de lui qu'il se retourna et m'attrapa le bras et me ramena contre lui:
_Hey! Tu ne vas pas me laisser comme ça!
Cette fois, j'en avais plus qu'assez. Furieuse qu'il démolisse l'image que j'avais de lui et qu'il m'humilie de la sorte, mes yeux lui lançaient des éclairs, tandis que je rugissais, les dents serrées:
_Lâchez-moi tout de suite, ou je hurle; et je peux vous assurer que je cris assez fort pour réveiller tout l'hôtel, rétorquai-je avant de me libérer d'un coup d'épaules.
Puis, sans attendre mon reste, je tournais les talons. D'un pas précipité, j'avais rejoins l'ascenseur et ce ne fut que lorsque les portes se furent refermées que je me permis de souffler. Le choc de cette scène malencontreuse venait de me tomber sur les épaules et mes jambes cédèrent quelque peu sous le poids, si bien que je dus m'adosser à une des parois de l'appareil, contre laquelle je m'étais lentement laissée glisser. Accroupie, mes mains vinrent couvrir mon visage. J'étais désespérée et furieuse: comment avait-il pu faire ça? Comment avait-il osé? Il avait tout gâché! Moi qui croyait que l'humiliation qu'il m'avait fait subir la veille au soir, était la pire de ma vie... Pourquoi n'était-il pas gentil comme je l'avais espéré? Je ne lui demandais pas d'être galant ou romantique ou quoi que ce soit d'autres: je voulais juste qu'il soit gentil, aimable, courtois, et ça, il n'était même pas capable de l'être. Pour sa "défense", j'avais tout de même pu sentir son haleine un peu chargée, en ayant été si près de lui. "Il a bu, mais ce n'est pas une raison! Il m'a quand-même traitée de prostituée, et ce, à deux reprises !", m'étais-je dit des dizaines de fois, depuis que c'était arrivée.
Près de trois heures s'étaient écoulées depuis cette mauvaise rencontre, et pourtant, je ne pouvais m'empêcher de trembler, comme si cela venait de m'arriver. J'avais beaucoup de mal à me concentrer sur les interviews que je devais donner, même si cela aurait pu me changer les idées en quelque sorte. Mais je ne cessais de penser à mes "rencontres" avec Nick et à AJ. Ils étaient comme des frères l'un pour l'autre, alors je ne pouvais pas parler de cette histoire à Alex. Je ne voulais pas semer la zizanie entre eux. Oui, mais voilà! Si je devais être présentée à Nick, comment pourrais-je réagir? Que pourrais-je dire? Evidemment, le plus simple était d'éviter Nick comme la peste. "Et puis, après tout, rien ne me dit que je le recroiserais ou qu'AJ nous "présentera"", rétorquai-je en mon for intérieur, ce qui me soulagea. Oui, avec un peu de chance, Alex voudrait me garder pour lui tout seul, et si ce n'était pas le cas, je pouvais aussi le lui suggérer. Après tout, nous n'avions pas beaucoup de temps devant nous. En attendant, mes rencontres avec Nick me mettaient tellement mal à l'aise, que je n'étais plus certaine de pouvoir assister à leur concert du soir. Depuis hier, je savais que je n'allais plus voir Nick de la même façon. Toute la séduction que je lui accordais avant ces épisodes fâcheux, semblaient s'être effacée, même si mon coeur et mes rêves lui laissaient une petite chance et une petite place. Il avait tellement compté pour moi au fil des dix dernières années que je ne pouvais m'empêcher de lui trouver des excuses et de lui accorder le bénéfice du doute. "Oui, mais il m'a quand-même traité de prostituée!", revint à la charge ma raison.
J'étais tellement concentrée sur mes pensées que j'en avais oublié le journaliste assis en face de moi, et qui attendait visiblement la réponse à ma question. Légèrement nerveuse, je fis mon possible pour inverser la tendance et d'une voix intimidée, je demandais:
_Excusez-moi, pouvez-vous répéter votre question, s'il vous plaît?
_Oui... Y'a-t-il un homme dont vous vous êtes inspirés pour créer le héros de votre roman?
"Oui, un depuis des années...", ne puis-je m'empêcher de penser. C'était comme ça, avant la déconfiture des dernières vingt-quatre heures. Mais je fis de mon mieux pour me reprendre et répondre à la question, avec un certain professionnalisme.
_Bien sûr, il y a toujours de vrais hommes derrière mes héros. Parfois, il y en a plusieurs à qui j'ai volé certaines qualités ou certains défauts pour former un seul homme, et souvent il n'y a qu'un homme dont j'ai pris le physique et auquel j'ai ajouté les qualités et les défauts qui me séduiraient.
_Et dans votre dernier livre, vous décrivez un homme blond, jeune, quelque peu rebelle... Y'a-t-il un homme en particulier qui se cache derrière cette image?
_Une sorte d'idéal peut-être, mais plus que le physique, j'ai toujours eu un faible pour les hommes à l'apparence virile, dure et froide, et derrière lesquels se cachait un coeur tendre...
_Dévoilé par l'héroïne...?
_Exactement, répondis-je avec un léger sourire.
_Et vous avez quelqu'un dans votre vie actuellement?
_Non, je n'ai pas vraiment le temps...
_C'est étrange pour quelqu'un qui écrit des romans d'amour?
_Pas plus que pour les autres personnes...
Ces dernières questions étaient revenues quasiment à chaque fois et avaient fini par me fatiguer. Alors, je fus soulagée, lorsque Kim vint m'annoncer qu'il ne me restait plus que cinq interviews à donner. A mesure qu'elles s'égrenaient, je les comptais avec une certaine impatience. Lorsque la dernière arriva, je ne pus reteir un soupir en renversant la tête en arrière, avant que le journaliste ne rentre dans la pièce, me laissant abasourdie:
_Alex? Qu'est-ce que tu fais là?
_Je viens pour l'interview, répondit-il avec un clin d'oeil en me souriant.
Il profita de ma surprise pour venir jusqu'à moi, me voler un rapide baiser:
_J'en avais trop envie. Tu m'as manqué.
_Hum... Toi aussi, mais je... je ne m'attendais vraiment pas à te trouver là. Est-ce que tu es vraiment le "dernier journaliste" que je devais voir?, demandais-je, sceptique, alors qu'il rapprochait sa chaise de la mienne, avant de s'y installer.
Son large sourire facétieux et presque enfantin me répondit mieux que des mots et me fit éclater de rire:
_Tu as trop regardé " Coup de foudre à Notting Hill".
_Peut-être, j'avoue, mais je n'ai pas pu résister.
Mon sourire s'élargit et prise d'une pulsion, je me levais pour venir m'asseoir sur ses genoux, en passant les bras autour de son cou.
_C'est beaucoup mieux comme ça, non?
_Nettement mieux, oui.
_Alors, quel est le programme, monsieur MacLean?
_Je comptais t'emmener déjeuner dans un endroit un peu spécial, et si tu n'as rien à faire cet après-midi, je me disais qu'on pourrait peut-être la passer ensemble?
_J'adorerais, oui. Je n'ai aucun engagement professionnel avant demain.
_Bien, alors allons-y!
Il me semblait habité d'un nouvel enthousiasme et je le soupçonnais d'avoir préparé quelque chose, une surprise... Après avoir attrapé mon manteau et avoir revu avec Kim le reste de mes obligations, je suivis AJ qui m'entraîna à travers les couloirs en me tenant par la main. Ce geste me fit sourire et je me sentais vraiment bien. Dans l'ascenseur, il me demanda comment s'étaient passées mes interviews et cette petite attention me toucha vraiment.
_Merci de t'en inquiéter, ne puis-je m'empêcher de lui avouer, un petit sourire aux lèvres.
_Mais c'est tout à fait normal, répliqua-t-il avant de me voler un baiser quelque peu écourté par l'ouverture des portes sur le hall de l'hôtel.
Avec un regard plein de promesses et sans se départir de son sourire, il m'entraîna hors de l'appareil. Mais alors que je me dirigeais vers la sortie, il me retint et avec un air contrit, il rétorqua:
_A vrai dire, j'ai fait une réservation au restaurant de l'hôtel: j'espère que ça ne te dérange pas trop?
Bien que surprise, je secouais la tête. Bien sûr, j'aurais aimé sortir avec lui, plutôt que de rester confinée dans ce palace, mais le plus important n'était-il pas qu'on soit ensemble, peu importait l'endroit? Sur cette réflexion, je me détendis et nous partîmes déjeuner. Nous venions à peine de faire notre entrée qu'AJ s'exclama:
_J'espère que ça ne te dérange pas trop? Mais je me suis dit que ce serait une bonne idée?
Je le regardais les sourcils froncés, car je ne comprenais pas pourquoi il me reposait la question. Mais en suivant son regard qui se porta sur notre table, je m'arrêtais nette en voyant qu'elle était déjà occupée par plusieurs personnes "familières". Alex prit cela pour de l'appréhension, de la timidité, et c'était en partie la vérité. J'étais tellement choquée qu'il m'entraîna sans grande résistance de ma part, vers le petit groupe qui s'était levé.
_Virginie, je tenais à te présenter à Brian, Leighanne, Baylee et Howie.
_Alors, voici la jeune femme qui rend AJ encore plus dingue que d'habitude, s'exclama ce dernier avec un sourire, tout en me serrant la main.
_Vas-y, ne te gêne surtout pas, vieux.
J'étais vraiment impressionnée, mais ravie, car ces personnes semblaient aussi adorables que je le pensais. Et puis surtout, Nick n'était pas là et cela m'enlevait un poids énorme sur le coeur. Nous prîmes place autour de la table et je remarquai un siège vide à côté d'Howie.
_Est-ce que Leigh va nous rejoindre?, chuchotai-je à l'oreille d'AJ.
_Alors là, tu me déçois Vivi. Aurais-tu oublié qu'il y a quatre Backstreet Boys dans le groupe?, me taquina-t-il avec un petit clin d'oeil. Nick est juste en retard...
_Ce qui est d'habitude ton monopole, s'exclama alors une voix assurée et détendue derrière nous.
Le temps que je tourne la tête, il se tenait à côté de nous et je le vis me tendre la main. "Que compte-t-il que j'en fasse?" J'étais déboussolée et je sentais mon visage brûler, comme sous le coup d'une violente chaleur.
_Vous devez être Virginie? Enchanté de vous rencontrer.
D'un geste automatique, je glissais ma main tremblante dans la sienne. Mais j'osais à peine lever les yeux vers lui, au risque d'être impolie.
_Ca va, Vivi?, m'interrogea Alex, alors que je sentais d'autres paires d'yeux rivées sur moi.
_Oui, oui, balbutiai-je avec un sourire tremblant. Mais ça fait beaucoup d'émotions en une seule fois. Je vais aller me rafraîchir un peu, rétorquai-je en repoussant ma chaise.
Une fois debout, je me retrouvai à côté de Nick qui s'enquit d'une voix sincère:
_Voulez-vous que je vous accompagne jusqu'aux toilettes? Vous avez l'air de tenir à peine sur vos jambes.
Cette proposition me surprit tellement, après nos deux précédentes rencontres que je ne pus m'empêcher de le regarder pour juger de sa sincérité. Et à mon grand étonnement, il paraissait vraiment soucieux de mon bien-être. Cette constatation et sa proximité augmentèrent mon trouble et je m'empressais de répondre en détournant les yeux:
_Non, je vous remercie: ça devrait aller. Je n'en ai pas pour longtemps.

_________________
Vivi
Posté le: 28/02/2008 22:19:58 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
L'instant suivant, je retrouvais mon assurance pour rejoindre les sanitaires d'un pas précipité. Si j'avais pu, j'y aurais même couru. Enfin, la porte se referma derrière moi et je me pris la tête entre les mains. Quel cauchemar! Pourquoi avait-il fallu qu'AJ gâche tout en me présentant à ses comparses? Evidemment, ça partait d'une bonne intention, vu qu'il n'était pas au courant de mes "rencontres" avec Nick. Et d'un autre côté, Nick était le seul fautif, pas Brian et sa petite famille ou Howie. Peut-être qu'à travers ce cauchemar, j'allais aussi vivre une part de rêve en me retrouvant avec les autres? Il ne tenait qu'à moi d'en profiter. Bien sûr pour cela, il allait falloir mettre Nick sur la touche, ce qui n'allait pas être si évident... Mais je ne comptais pas à ce qu'il me gâche ce moment! Oui, mais c'était plus facile à dire qu'à faire, car le simple fait d'être en sa présence, face à lui, me troublait, m'indisposait, m'effrayait et me rendait nerveuse... comme si j'étais la coupable. "C'est lui, le coupable!", m'insurgeai-je en reprenant de l'assurance, guidée par ma colère. C'était à lui de baisser les yeux de honte, devant moi! C'était lui qui m'avait insulté et "agressé"! Je n'avais pas à avoir peur de lui, puisque nous n'étions pas seuls. Mais c'était aussi la raison pour laquelle je devais prendre sur moi et faire comme si je le rencontrais pour la première fois, car je ne voulais pas gâcher l'amitié qu'il avait avec AJ. C'était sans doute pour cette raison qu'il avait été si courtois de son côté. Il me fallait donc suivre son exemple, sans faillir, sans craintes face à lui. Appuyée aux lavabos, je m'encourageais à travers mon reflet, lorsqu'une voix s'enquit:
_Virginie? Tout va bien?
En tournant la tête, je découvris évidemment Leighanne qui s'avançait, visiblement soucieuse. Un sourire amical et plus assuré aux lèvres, je me redressais avant de rétorquer:
_Oui, oui, merci. Je crois que j'ai manqué d'air tout à coup. Ce n'était déjà pas facile à supporter, lorsque j'ai rencontré Alex, alors vous avoir tous devant moi en une seule fois...
_Je comprends, répondit-elle en me souriant. Mais vous savez, nous n'avons jamais mangé personne.
_J'espère bien, répliquai-je en riant, un peu plus détendue.
_Bon, si nous retournions à table, avant qu'AJ et les garçons ne fassent une crise d'angoisse?
_Avec plaisir.
Je me sentais bien en compagnie de Leighanne et ça pouvait aussi être le cas avec Brian et Howie. Après tout, je n'étais pas juste avec Nick et AJ: il y avait d'autres personnes vers lesquelles je pouvais me tourner.
A notre retour, AJ se leva pour m'accueillir et l'expression de son visage associée à sa voix inquiète, il me demanda tout bas:
_Ca va mieux?
_Oui, Alex, ne t'en fait pas, lui répondis-je en lui adressant un sourire plein de tendresse.
A partir de cet instant, le repas se passa sous de meilleures auspices. Au gré des conversations, je parvins à me détendre et à rire avec eux. Mais chaque fois que Nick prenait la parole, que la discussion se dirigeait vers lui ou juste, que mon regard se posait sur lui par hasard, je sentais mes yeux me brûler sous la colère. Parfois, je restais à le fixer pour qu'il comprenne mes sentiments, qu'il les devine. Mais lâchement, dès qu'il croisait mon regard, je détournais le mien au bout de seulement quelques secondes et les choses reprenaient leur cours, comme si rien ne s'était passé. Bizarrement, il jouait bien la comédie et faisait semblant de ne m'avoir jamais vue. De plus, malgré ma colère, il se révélait quelqu'un de charmant, drôle, presque comme je l'avais imaginé avant notre première "rencontre", bien que moins "extravagant". Etait-ce moi qui le rendait plus calme, avec mes regards "assoiffés de vengeance"? J'en doutais, mais ce qui me troubla plus que tout, était ce charisme qui émanait de lui et qui le rendait attirant. Cette facette changeait parfois la couleur de mon regard se posant sur lui. Je devais avouer qu'il me surprenait et m'intriguait, chamboulant les idées que je m'étais faite sur lui. J'en arrivais à espérer bêtement qu'il ait un jumeau et que ce soit lui que j'aurais rencontré lors de ces malencontreux moments. Mais il n'y avait bel et bien qu'un seul Nick Carter...
Lorsque le déjeuner prit fin, j'eus une pointe de déception à l'idée de quitter ces gens adorables, mais AJ m'annonça qu'ils avaient un soundcheck en fin d'après-midi et que j'allais pouvoir les retrouver là-bas. Ravie malgré l'idée troublante de revoir Nick, je m'apprêtais à suivre Alex, lorsque je découvris qu'il me manquait mon portable. Après lui avoir annoncé que je le rejoindrais, je cours jusqu'à un ascenseur dont les portes se ferment.
_Retenez les portes!, m'écriais-je, pour avoir tout juste le temps de me glisser à l'intérieure. Ouf, c'était moins une, déclarai-je pour moi-même en regardant les portes avant de me tourner vers le seul occupant. Nick?
_Il fallait le dire, si tu voulais être seule avec moi.
C'était une plaisanterie formulée avec les yeux pétillants de malice, mais il dut lire sur mon visage que je n'avais apprécié sa remarque qu'à moitié. De plus, mon silence ne fit rien pour démentir cette impression. Son visage se referma et je le vis froncer les sourcils. Enfin, il soupira, presque agacé, avant de demander:
_Ok.
Avant que j'ai pu faire quoi que ce soit, il s'était rapproché de moi et d'un geste avait stoppé la progression de l'appareil, ce qui m'affola aussitôt. Les battements de mon coeur prenant la fuite, je demandais:
_Mais... qu'est-ce que tu fais?
_On va mettre les choses au clair, parce que j'aimerais comprendre pourquoi tu agis comme tu le fais, avec moi.

_________________
Vivi
Posté le: 02/03/2008 18:21:02 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
A ces mots, je me sentis accusée et rougir, alors je me redressais, prête à l'affronter ou presque. Mais je voulais lui donner une impression d'assurance que j'étais loin de ressentir. Mon regard était rivé au sien baissé vers moi et je devais prendre sur moi pour ne pas le détourner.
_Je ne vois pas de quoi tu parles.
_Ah non? Alors pourquoi es-tu en ce moment-même sur la défensive et prête à sortir les griffes, comme si j'allais te sauter dessus?
_Peut-être parce que je ne te connais pas.
_Non, de toute évidence, puisque je ne pense pas avoir été discourtois pendant le déjeuner... A moins que nous ne nous soyons déjà rencontrés, ce qui donnerait un sens à tous ces regards furibonds que tu m'as adressé au cours du repas?
Il dut voir sur moi, qu'il avait vu juste, car il renchérit au bout de quelques secondes d'observations:
_C'est donc ça! Allez, vas-y, crache le morceau! Qu'est-ce que j'ai fait? Je t'ai refusé un autographe, quand tu n'étais qu'une fan? J'ai repoussé tes avances en boîte, lors d'une précédente tournée?
_"Mes avances"? Désolée, mais je ne suis pas ce genre de filles. Il faudrait peut-être que tu redescendes de ton piedestal, pour avoir les yeux en face des trous. Tout le monde n'est pas à tes pieds! Et toutes les filles ne rêvent pas de coucher avec toi!
Furieuse, j'appuyais sur le bouton pour débloquer l'appareil, mais Nick rappuya à son tour, provoquant des secousses, lorsque l'ascenseur s'arrêta à nouveau. Destabilisé, il se rattrapa à moi et me plaqua contre une paroi. Mais au lieu de me relâcher ensuite, il resserra l'étreinte de ses bras:
_Qu'est-ce que tu fais? Lâche-moi tout de suite ou je hurle!
_Je ne te lâcherais pas avant que tu m'aies avoué ce que tu me reproches, rétorqua-t-il, son visage si près du mien que son souffle venait balayer mon front.
_Lâche-moi ou je te lascère "ton visage d'ange", le menaçai-je avec ironie, ce qui le fit sourire.
Il était amusé, se moquait à mes dépends, et ça avait le don de me rendre encore plus folle. J'essayais de le repousser, de me débattre, mais coincée entre lui et la paroi de l'ascenseur, ce n'était pas évident:
_Virginie, dis-moi ce que j'ai fait de mal. Fais-le pour toi et pour AJ, que j'ai une chance de me faire pardonner ou de m'excuser, car si tu dois rester avec Alex, il faudra qu'on se croise à de nombreuses reprises.
_Sûrement pas!
_Tu sais quoi? J'ai l'impression que c'est plus le fait que je t'ai oubliée, qui t'énerve, que ce que j'ai pu te faire.
_Décidément, tu ne te prends pas pour n'importe qui! Juste parce que tu es Nick Carter, tu crois que tout le monde va te baiser les pieds et que toutes les femmes vont se pâmer devant ta beauté, ta célébrité ou ton argent! Mais moi, je suis française, monsieur Carter, et dans mon pays, il y a à peine deux pourcents de la population qui sait qui tu es!
_Charmant... Mais ce n'est pas avec ce genre d'informations que je te lâcherais.
_Bien sûr que non, mais tu sais quoi? Ca ne m'étonne pas de toi! C'est tout à fait le genre de réaction qu'aurait le "Nick Carter que je connais".
_Je vois que tu as une haute opinion de moi.
_Et tu ne fais rien pour la démentir ou la changer.
_Ah non? Et tu crois que le fait de chercher à savoir ce que j'ai fait, pour arranger les choses, ce n'est rien?
_Ca n'effacera pas ce que tu as fait.
_Bon sang, mais dis-moi ce que j'ai fait!!, s'écria-t-il.
J'eus presque l'impression que l'ascenseur venait à nouveau d'être secoué sous l'impulsion de sa voix. Mes yeux exhorbités fixaient le moindre de ses gestes. J'étais comme tétanisée et pour la première fois depuis notre "rencontre" au restaurant, j'avais peur de lui et de ce qu'il allait pouvoir me faire, comme lors des deux premières fois où je l'avais croisé. De toute évidence, il dut lire ma peur et sentir mes frissons, car sans me quitter des yeux, il laissa lentement retomber ses bras le long de son corps avant de reculer. Sans son "appui", j'eus brusquement l'impression que mes jambes me lâchaient et que le souffle me manquait. Heureusement, Nick fut plus prompt et me rattrapa en plein vol.
_Vivi, est-ce que ça va?, me demanda-t-il doucement.
Les yeux baissés, je sentais de la sueur perler sur mon front et je secouais la tête, avant de rétorquer d'une voix blanche:
_Je ne me sens pas bien.
Il m'aida à m'asseoir sur la moquette de l'ascenseur avant d'aller le débloquer. Il revint ensuite à mes côtés pour répliquer:
_Je suis désolé. J'ai été idiot sur toute la ligne, que ce soit maintenant ou par le passé, lorsque je t'ai blessé. Je suis désolé d'avoir été si insistant, mais il est évident qu'AJ tient beaucoup à toi et que tu as des choses à me reprocher, alors je voulais essayer d'arranger les choses, pour vous deux.
J'étais incapable de garder les yeux ouverts, mais je n'en avais pas besoin pour savoir qu'il était sincère. J'étais finalement un peu soulagée à l'idée que le vrai Nick Carter puisse être ainsi, et que je n'avais eu affaire qu'au Nick, version éméché. Enfin, j'entendis la petite cloche avant que les portes ne s'ouvrent, faisant entrer une bouffée d'oxygène.
_Allez, je vais t'aider à te relever, m'annonça-t-il en passant mon bras autour de ses propres épaules, tandis qu'il passait l'un des siens autour de ma taille.
Sans résistance de ma part, ni mon aide véritable, il me mit debout et me souleva finalement dans ses bras. Les yeux toujours clos et à demi-consciente, je me laissais aller contre lui. Je ne pouvais faire rien d'autre et j'étais bien. J'avais retrouvé le peu de confiance qu'il avait fait naître en moi au cours du déjeuner, et que j'avais quelque peu perdu dans l'ascenseur. Enfin, je sentis un matelas moëlleux sous moi et un oreiller sous ma tête. Je n'avais pas envie de dormir, juste de fermer les yeux quelques secondes pour recouvrer mes esprits et un peu d'air. J'entendais Nick s'activer doucement autour de moi, en essayant de faire le moins de bruit possible; puis il posa un linge humide sur mon front, et le reste de mon visage. Ce geste attentionné me surprit, me toucha et me poussa à rouvrir les yeux. Il me sourit alors tendrement, d'un sourire contrit, avant de rétorquer:
_Je suis désolé: je ne sais pas trop quoi faire dans ce genre de circonstances.
_Tu t'en sors très bien, parvins-je à murmurer.
Je vis ses inquiétudes déserter un peu son visage, tandis qu'il passait le gant sur mes lèvres. Je baissais à nouveau les yeux, troublée, mais moins que lorsqu'il déclara:
_Tu as l'air de reprendre des couleurs.
Oui, moi-même je sentais mon visage s'empourprer, d'autant plus qu'avec les idées un peu plus claires, j'avais deviné que nous nous trouvions dans la chambre de Nick. Il fallait absolument que je quitte cet endroit, surtout qu'AJ m'attendait dans le hall:
_Il faut que je m'en aille: Alex m'attend et..., m'exclamai-je en me redressant sur mes coudes.
_Attends encore un peu: tu tiens à peine sur tes jambes, essaya-t-il de m'arrêter pour me retenir.
_Non, non, ça va mieux, je t'assure, rétorquai-je précipitamment en m'asseyant sur le bord du lit, non sans prier pour que mes jambes ne me trahissent pas en me lâchant à nouveau.
_Ne soit pas ridicule: je vais appeler AJ pour lui dire de venir te chercher.
_Non, non! C'est gentil, mais je ne veux pas l'inquiéter pour rien.
La seconde suivante, j'étais debout et après un léger vertige, je parvins à me maintenir stable.
_Merci beaucoup pour tous tes soins et tes intentions. Tu es pardonné et tu as gagné tes ailes, mon ange.
Je parlais un peu à tors et à travers, et surtout, j'avais ce rire nerveux et ridicule que je détestais. Je vis Nick me regarder en fronçant les sourcils, un peu comme si j'étais folle, et c'était un peu l'effet que je me faisais à moi-même.
_Bon, je... je vais y aller. Merci encore, Nick.
_Attends, je te raccompagne au moins à la porte.
Je n'osais pas refuser, ni même prononcer le moindre mot qui aurait trahi mon trouble. Heureusement, tout se passa bien et une fois sur le seuil, je me retournai pour une dernière requête:
_S'il te plaît, n'en parle pas à AJ. J'ai un peu honte de m'être évanouie devant toi et je ne veux surtout pas l'inquiéter pour rien. D'accord?
_Comme tu veux, mais fais attention à toi, Virginie.
Sa propre requête était sincère et avec un sourire, sans trop savoir ce qui me prenait, je lui caressais la joue. Surprise par mon propre geste, je me reculais pour rompre ce contact, mais alors que je m'apprêtais à tourner les talons, il m'attrapa cette même main et m'arrêta. Etonnée, les idées et le coeur en vrac, je le vis se pencher vers moi pour m'embrasser... sur la joue. Je dus me retenir de toutes mes forces pour ne pas tourner la tête et effleurer ses lèvres, mais lorsqu'il se redressa, mon visage était ravagé pour un incendie.
_Bon, j'y vais. A plus tard!, balbutiai-je précipitemment avant de m'éloigner.
Les mains enfouies dans mes poches, je marchais d'un pas décidé, alors que mon coeur et ma raison jouaient les girouettes. Après ça, je ne savais plus si je devais éviter Nick ou non, dorénavant. Il était un danger, plus tout à fait le même qu'avant, car à présent que je l'avais approché plus "intimement", il était devenu un mystère que j'avais envie de découvrir. Qui était le vrai Nick Carter? Là était toute la question, mais trouver la réponse pouvait mettre en péril, le "couple" que je formais avec AJ... "Jusqu'à après-demain", me rappela ma raison. Et oui, dans trois jours, AJ et moi serions peut-être séparés, alors que devais-je faire? La réponse la plus probable était de profiter du moment présent et de tout ce que la vie m'offrait avec lui. Oui, c'était sans doute préférable. Pourtant, dans l'ascenseur, je ne pouvais oublier la douceur, l'attention et la tendresse dont Nick avait fait preuve avec moi, quelques instants plus tôt. Je savais que je chérirais cette image de lui, tout au long de ma vie, quoi qu'il arrive et quoi qu'il fasse dorénavant. Plus fort que ses "agressions" alcoolisées, je le verrais sobre et attentionné, tendre et drôle. C'était lui, le vrai Nick Carter, charismatique et charmant; celui que j'avais toujours "connu et deviné". "Celui que j'aime", me souffla mon coeur dans la continuité. Sur cette révélation qui eut le don de me choquer, les portes s'ouvrirent. Non, c'était impossible! Je ne le connaissais pas vraiment: c'était juste une image que j'aimais; Nick, lui, je commençais tout juste à l'apprécier...
_Je commençais à croire qu'on t'avait kidnappée, s'exclama AJ en venant à ma rencontre. Tu n'as pas ton portable?, remarqua-t-il.
J'avais complètement oublié les raisons qui m'avaient poussé à monter dans l'ascenseur, mais rapidement, je parvins à répliquer, bien que d'une voix mal assurée:
_Non... Je... je ne l'ai pas trouvé. C'était trop le bazar dans ma chambre.
Les sourcils froncés, Alex m'étudia quelques secondes avant de répliquer en me caressant la joue:
_Tu es sûre que tu vas bien, Vivi? Tu es toute rouge et on dirait que tu as un peu de fièvre.
_Non, non, tout va bien. J'ai juste chaud d'avoir couru. Allez, dépêchons-nous de sortir: j'ai besoin d'air frais, rétorquai-je en entraînant mon compagnon vers les portes tournantes du palace.
Mais au cours de l'après-midi que j'avais pu passer avec AJ, je n'étais pas parvenue à me lâcher complètement. J'étais dans la retenue, surtout lorsqu'il m'approchait de trop près. Je crois que je me sentais coupable, même si je ne savais pas exactement de quoi. Pourtant, Alex fut tout simplement parfaitement adorable et attentionné, comme à son habitude. Il était drôle et faisait tout pour me détendre. Nous étions d'abord allés nous promener dans un des nombreux parcs de Londres, puis nous nous étions dirigés vers des boutiques pour faire un peu de shopping. Sans doute lassé par mon silence ou mon manque d'implication, il avait fini par me proposer d'aller au cinéma et j'avais accepté, un peu soulagée de ne pas avoir à trouver un sujet de conversation. Malgré mes efforts, je n'étais même pas parvenue à me concentrer sur le film ou l'histoire. Je ne cessais de penser à l'épisode de l'ascenseur, et je tentais d'analyser mes sentiments, de me convaincre de ne pas céder. Deux jours plus tard, tout serait terminé et le beau rêve prendrait fin. J'étais avec AJ et j'étais bien avec lui, alors pourquoi le destin avait-il fait intervenir Nick? Non, Nick n'était pas celui qu'il me fallait. Avec Alex, c'était une relation brève, mais courte qui me tendait les bras. Je devais faire tout mon possible pour la saisir et rattraper mes erreurs des deux dernières heures passées. Tendrement, j'avais posé la tête sur l'épaule d'Alex. Surpris, il tourna la tête vers moi et me prit la main. C'était un bon début et à mon grand soulagement, AJ ne me posa aucune question. Sans doute attendait-il que je me confie de moi-même, mais ça, je m'en savais totalement incapable.

_________________
Vivi
Posté le: 11/03/2008 10:29:46 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Nous retournâmes ensuite à l'hôtel, car nous devions fêter l'anniversaire de Nick dans un restaurant, puis dans un club. Sur le seuil de ma porte et un baiser, il me quitta en me donnant rendez-vous une heure plus tard dans le hall de l'hôtel. Je m'étais préparée avec soin, sans me demander qui je voulais séduire. Je voulais me plaire à moi-même et juste être belle. Je n'avais pas vraiment prévu de vraie tenue de soirée et je ne savais pas trop quoi mettre, alors je choisis une fine robe à bretelles marron au décolleté en V. Les cheveux tirés en arrière par deux barrettes en or et une parure assortie, je pris un boléro assorti et une écharpe avant de descendre jusqu'au hall à la recherche de mon jeune tatoué. Au lieu de ça, j'aperçus Howie en grande conversation avec Nick. Ce dernier me tournait le dos, et je voulus en profiter pour m'esquiver, avant l'arrivée de mon "petit-ami". Malheureusement, Howie me fit un signe de la main et aussitôt, Nick se retourna pour voir à qui il s'adressait. N'ayant plus le choix, je pris mon courage à deux mains et je m'avançais vers eux. Je fus plutôt amusée et flâtée de voir Nick se redresser, prendre une grande bouffée d'air, tout en restant bouche-bée. Toutefois, cela ne m'empêcha pas d'être nerveuse et de me triturer les mains. Nick portait un jean de grande marque et un pull en laine, mais il était juste à tomber par terre.
_Bonsoir.
_Vivi, tu es somptueuse, me complimenta Howie avec un sourire chaleureux comme il en avait le secret.
_Je ne savais pas trop quoi mettre et j'ai eu peur de m'être un peu emballée.
_Pas du tout. Au contraire, tu fais honneur à mon anniversaire et je te remercie de t'être faite aussi belle.
La voix de Nick était aussi doucereuse que son regard, mais cela ne dura que quelques secondes avant qu'il se reprenne.
_Bon, les autres ne devraient plus tarder...
Les Littrell ne le démentirent pas, car ils arrivèrent presque aussitôt.
_Désolé, mais on n'arrivait pas à coucher, Baylee, les excusa Brian.
_Pas de problèmes: de toute façon, vous n'êtes pas les derniers, répliqua Nick.
_Et oui! "Etre le dernier en retard", c'est "mon" privilège! s'écria une voix grave qui leur fit tous tourner la tête.
Un chapeau sur la tête, un jean, un tee-shirt et une veste de costume. Sa tenue était simple, mais il avait la grande classe... comme d'habitude. En se plaçant à mes côtés, il m'enlaça la taille et je lui souris tendrement, conquise.
_Tu es magnifique, me glissa-t-il en m'embrassant sur la joue.
_Bon, si on y allait?, s'impatienta Nick.
Sur ce, nous nous rendîmes au restaurant où une table avait été réservée pour l'occasion. Tout se passa à merveille: l'ambiance feutrée de l'établissement, nous laissait une certaine intimité et les plats étaient délicieux. Nous avions beaucoup ri et AJ, assis à mes côtés, s'était montré aussi prévenant qu'à son habitude.
_Tu t'amuses bien?, s'inquiétait-il en se penchant vers moi, avant que je ne lui réponde d'un doux sourire.
Mais plus troublant encore, je suprenais parfois le regard de Nick figé sur moi. Tour à tour, il m'observait avec intensité, et d'autres fois, semblait pensif, mais cela ne durait que quelques secondes, avant qu'il ne détourne les yeux, comme pris en faute. J'étais étonnée, mais je préférais ne pas trop me pencher là-dessus pour ne pas me faire d'idées. "C'est sans doute juste mon imagination", m'étais-je dit intérieurement. Mais lorsque l'énorme gâteau d'anniversaire arriva, nous étions tous debout autour de la table. Munie de mon appareil-photo, je faisais face au reste du groupe qui entourait Nick. Les lumières avaient été baissées et les convives étaient éclairés par les bougies du gâteau. Nick se pencha en avant pour les souffler, quand une voix s'exclama:
_Fais un voeu.
J'eus alors le choc de le voir lever les yeux vers moi, pour me regarder en face, le temps d'une seconde ou deux, avant d'exécuter ce qu'on attendait de lui. Je ne sais pas trop comment j'y suis parvenu, mais je pris la photo sans m'en rendre compte, tandis que tout le monde criait et applaudissait.
_Hey! Il faut en refaire une avec Vivi!, s'exclama Leighanne, avant de héler un serveur. Vous pourriez prendre la photo, s'il vous plaît?
J'avais essayé de refuser, de trouver des excuses, sans résultat. Alors, timidement, j'avais rejoint AJ. La chance ou la malchance, avait fait qu'il se trouvait à côté de Nick, alors je m'étais retrouvée entre les deux et alors qu'Alex m'enlaçait la taille, j'avais échangé un regard gêné avec Nick. Le serveur requit notre attention et je fis mon possible pour sourire. Mais dès que possible, je m'étais retournée vers AJ. Le sort semblait s'acharner sur moi, car AJ nous entraîna vers Nick pour le féliciter. Mais je n'étais pas prête d'affronter Nick aussi tôt, alors je pris pour excuse d'aller chercher mon appareil photo et de vérifier les clichés. Cependant, je ne pouvais pas repousser éternellement ce moment. J'avais décidé d'attendre qu'il soit un peu seul, pour que personne ne se rende compte de mon trouble, et le moment avait finit par arriver. Nerveuse, je m'avançais donc vers lui et dès qu'il capta ma présence, il ne me lâcha plus du regard, comme hypnotisé.
_Les félicitations sont de circonstances, je crois?
"Mon Dieu, ce que je viens de dire est complètement idiot!", me reprochai-je aussitôt. J'avais tellement honte, je me sentais tellement bête, que j'aurais voulu tourner les talons pour aller me cacher. Mais comme pour me retenir, il esquissa un doux sourire, alors je repris:
_Je te remercie de m'avoir invité, en tout cas.
_C'était tout naturel et je te le devais après ce que je t'ai fait enduré... même si je n'en ai pas le souvenir.
Ce retour en arrière sur ces épisodes, m'égara quelque peu.
_Suis-je si impressionnant que tu ne peux pas me prendre dans tes bras?, me provoqua-t-il avec un sourire en coin, les yeux baissés vers moi.
_Peut-être, mais j'adore relever des défis, répondis-je presque, du tac-au-tac.
Bien que nerveuse et tendue, je franchis la distance qui nous séparait et légèrement tremblante, je passais les bras autour de lui avant de sentir son corps s'arquer contre moi. Son étreinte était douce et si je n'avais pas été autant sur mes gardes, j'aurais pu m'y abandonner. Mais heureusement, la réalité et AJ nous rappelèrent rapidement à l'ordre et il me relâcha en se redressant, avant que je ne recule pour retrouver mon petit-ami. Après ça, j'eus du mal à sourire ou à participer à la soirée. J'avais la tête ailleurs et j'avais un peu trop tendance à chercher la présence ou le regard de Nick. Pourtant, je savais parfaitement qu'il n'était pas celui qu'il me fallait, qu'il me ferait juste souffrir par son manque de sérieux. Après tout, ce n'était pas une relation sérieuse qu'il cherchait, mais une compagne d'une ou plusieurs nuits, ce qui n'était pas dans mon optique de la vie, et encore moins de l'amour. Romantique dans l'âme, c'était un choix que je ne pourrais accepter, pas même pour les beaux yeux de Nick Carter qui m'avait fait rêver pendant des années. Je commençais à douter du bien fondé de ma présence ici et parmi eux, lorsqu'AJ et les autres m'entraînèrent à leur suite. Dans une légère bousculade à cause des paparrazzis qui attendaient à l'extérieure de l'établissement, nous sortîmes et nos voitures prirent la direction d'un club très select où nous devions finir la soirée. Sans doute la musique eut le don de m'adoucir et de me dérider, car je pus me changer les idées. De plus, comme s'il sentait mon malaise, AJ se fit plus attentionné et je me sentis à l'aise dans le cercle d'amis. Howie et Alex faisaient démonstration de leurs talents de danseurs, et Dee m'entraîna même dans une danse endiablée sur "Whine up" de Kat de Luna. Je m'amusais vraiment, je riais et j'en arrivais enfin à oublier Nick Carter, qui se tenait à l'écart, tour à tour au bar ou en "charmante" compagnie. En fait, j'avais fait cette constatation, lors d'un slow avec Alex. Je passais une excellente soirée, quand en levant les yeux, j'avais aperçu Nick accoudé au bar et entouré de deux ou trois filles, assez court vêtues. Le genre de fille qui ne demande que "ça", se faire une célébrité, surtout quelqu'un d'aussi mignon que Nick Carter. Cela m'attristait, parce qu'en passant un peu de temps avec lui, même sans lui parler, j'avais découvert qu'il était quelqu'un de bien et qu'il valait mieux que ça. C'est alors que mon regard inquiet fixé sur lui, croisa le sien et comme au restaurant, ils restèrent soudés l'un à l'autre jusqu'à ce qu'une de ses futures conquêtes n'attirent à nouveau son attention. J'avais alors choisi de ne pas voir la suite et la tête posée sur l'épaule d'Alex, je fis mon possible pour ne plus penser qu'à lui, à nous et à cette danse. Une autre musique s'enchaîna et je restais dans ses bras, par besoin autant que par envie. Par la suite, je dansai à nouveau avec Howie avec qui j'en avais profité pour discuter un peu. J'étais aussi bien avec lui qu'avec Brian. Au cours du dîner, il m'avait parlé de sa famille et de Leigh, sa femme, qui lui manquait, surtout lors de ce genre de soirée. Une certaine complicité s'était créée, et quand la chanson prit fin, il me proposa d'en enchaîner une autre, mais une main se posa sur son bras et d'un même mouvement, nous nous tournâmes vers Nick qui se pencha vers Howie pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille:
_Si elle est d'accord, entendis-je mon cavalier répondre.
Nick se pencha à nouveau vers son ami pour lui parler et finalement, Howie acquiesça, me prit la main qu'il embrassa, avant de tourner les talons sans une explication. A présent seule face à Nick, je sentais mon visage s'empourprer, mais heureusement, la lumière était assez tamisée pour le cacher. Nick ne bougeait pas: il restait là à me regarder, visiblement avec l'envie de dire quelque chose, mais son silence me rendait encore plus nerveuse. Mon regard fuyait sa présence et partait à la recherche d'un secours avoisinant. Alors, je ne le vis pas tout de suite me rejoindre: ce ne fut qu'une fois qu'il fut juste devant moi, lui le mur si imposant et impressionnant, balayé de temps à autre par des rayons de lumières. C'était mon tour d'être hypnotisée: il était tellement beau et charismatique qu'il n'aurait pas pu en être autrement. Parmi les autres couples enlacés, nous étions une sorte de défaut, mais je ne le voyais presque pas. Cependant, au bout d'une durée indéterminée, je m'étais faite légèrement bousculée par un homme éméché et je serais tombée à genoux si Nick ne m'avait pas retenue. Au lieu du sol, j'étais littéralement tombée dans les bras de Nick, qui s'enquit, visiblement surpris:
_Tu n'as rien?
Cette soudaine proximité m'empêcha de dire quoi que ce soit, alors je secouais juste la tête. De moi-même, je m'étais redressée, mais en voyant Nick sur le point de corriger ce trouble-fête, je le retins par le bras pour le garder près de moi et je posais la main sur sa joue en tournant son visage vers moi, pour tenter de le rassurer. Mais ce geste anodin, ne nous laissa pas insensible, ni l'un, ni l'autre, car il se tourna lentement vers moi. J'avais capté son attention et plus encore, mais sentant visiblement que je voulais faire marche-arrière, il emprisonna délicatement ma main restée sur sa joue et la garda dans la sienne, tout en passant son bras libre autour de ma taille. Avec douceur, il m'attira près de lui, sans appuyer vraiment la pression de sa main au creux de mes reins. Les yeux dans les yeux, le visage grave, nous nous balançions en rythme, d'un pied sur l'autre. J'avais l'impression que l'air fuyait mon corps, comme si Nick me le volait, mais cela n'empêchait pas mon coeur de battre comme un fou. Allait-il exploser dans ma poitrine? Je me raidissais, je le sentais, car je sentais le danger approcher, tel de gros nuages noirs menaçants.
_Tu ne devrais pas me regarder comme tu le fais, l'entendis-je par dessus le bruit environnant, même s'il n'avait pas crier.
_Quoi?, murmurai-je d'une voix éteinte.
Mais avant même que j'ai compris, une musique endiablée reprit le pas sur le slow et l'atmosphère lourde de tension s'évapora, tandis que les bras de Nick retombaient et qu'il s'écartait de moi, sans un mot de plus. Il m'abandonna au beau milieu de la piste, et la tête pleine d'interrogation, le coeur déçu, je le suivis des yeux jusqu'à ce qu'une main se pose sur mon bras. En tournant la tête, je découvris AJ qui m'enlaça, mais les choses étaient différentes à présent, une fois encore. Une chose était sûre, je n'osais plus regarder ailleurs que lui, de peur de croiser à nouveau le regard de Nick. "Qu'a-t-il voulu dire? De quelle façon le regardais-je?", me répétais-je intérieurement, mais un peu trop souvent. Cependant, un baiser surprise d'Alex fut le bienvenue pour détourner mes idées, même si à ce stade de la situation, je ne savais plus si c'était une bonne chose ou non.

_________________
Vivi
Posté le: 23/05/2008 20:30:41 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Vers 2h30 du matin, en revenant au bar où Howie se trouvait avec Nick, nous décrétâmes qu'il était temps de rentrer, car le roi de la fête avait bien trop bu. Avachi sur le bar, il ne tenait plus debout tout seul. Alors soutenu par ses deux amis, tandis que je tenais leurs affaires, nous étions sortis par une porte dérobée et non sans mal, nous avions gagné notre voiture. Howie était monté à l'avant, tandis qu'Alex s'était installé entre Nick et moi. Ca me faisait vraiment de la peine de le voir ainsi: je n'aimais pas ce personnage, cette facette, même si ce soir, il ne parlait pas; mais derrière tout ça, il y avait un mal-être dans la vie de Nick. A notre arrivée à l'hôtel, Howie était parti prévenir un des gardes du corps pour qu'il vienne nous aider à soutenir notre malade, et en attendant, Alex et moi l'avions aidé à faire quelques pas.
_Alex... Tu as choisi une fille super..., déclara-t-il en articulant à peine. Elle est magnifique, gentille... Et quand elle te regarde avec ses grands yeux innocents, tu peux juste craquer pour elle... Alors, faut faire attention: faut pas qu'on te la prenne...
_Oui, oui, Nick..., répondit simplement son ami. Merci de ta solicitude, vieux.
Contre toute attente, Nick s'arrêta net et se tourna vers son ami en retirant son bras de mes épaules pour enlacer Alex.
_C'est normal... Tu es comme mon frère.
_Merci, c'est gentil. Toi aussi, tu es comme mon frère, même quand tu fais des conneries comme ce soir.
_Je suis ton exemple, mon vieux, ricana-t-il bêtement.
_Tout exemple n'est pas bon à prendre ou à suivre, lui signala AJ.
Sur ce, Drew arriva et souleva Nick qui rétorqua:
_Vous venez finir la soirée avec nous dans ma suite?
Il rit encore en s'éloignant avec le garde du corps. C'est alors qu'Alex se tourna vers moi:
_Excuse-moi, mais dans son état, je préfère monter avec eux pour m'assurer qu'il va bien.
_J'aimerais venir avec toi, m'entendis-je déclarer.
AJ parut à peine surpris par ma requête, car il se contenta d'esquisser un sourire avant d'acquiescer et de me prendre la main. Notre petit groupe gagna alors la chambre de Nick qu'on allongea sur son lit. Presque aussitôt, il s'endormit. Alex, Drew, Howie et d'autres responsables s'étaient regroupés dans le couloir, pendant que je me tenais à côté de Nick, au cas où. Assise sur le bord du lit, je l'observais, songeuse. Il avait l'air si calme, si doux, un peu comme lorsqu'il était sobre. Il était presque inoffensif; "presque" seulement, car il avait cet air adorable, attendrissant, vulnérable, qui le rendait attirant. En le voyant ainsi, on avait juste envie de le protéger... à moins que je sois la seule à ressentir ce besoin, cette envie. Tendrement, sans même m'en rendre compte tant ce geste m'était naturel, ma main vint caresser son front où perlaient quelques gouttes de sueur, avant que mes doigts ne glissent dans ses cheveux. Dans son sommeil, il se tourna alors vers moi.
_Vivi?, me réveilla la voix de Howie et aussitôt, je me sentis coupable, prise en faute.
Ma main abandonna Nick, tandis que je me levais pour rejoindre le nouveau venu. Mais quelque chose me fit revenir sur mes pas et tendrement, je me penchais vers lui pour déposer un baiser sur son front, non sans souhaiter que cela aurait le don de l'apaiser un peu. "Je le lui dois: après tout, n'en a-t-il pas fait autant, quand j'ai fait mon malaise après notre discussion dans l'ascenseur?", essayai-je de me justifier. Mais aux yeux de qui? Je n'avais aucun compte à rendre! Pourtant, j'étais la seule à m'incriminer. Une fois dans le couloir, je rejoignis Alex qui me raccompagna à ma suite, mais une fois devant la porte, il me confia qu'il allait retourner auprès de Nick, car il craignait que ce dernier fasse une bêtise dans son état. Il connaissait bien trop les méfaits de l'alcool et souhaitait être là pour son ami. Je comprenais parfaitement et j'aurais voulu moi aussi rester avec eux; mais ça, je n'étais pas certaine qu'AJ puisse le comprendre. Alors, sur un dernier baiser et la promesse de se retrouver, le lendemain pour le petit-déjeuner, nous nous quittâmes. En fait, je n'en étais pas mécontente, car cette soirée riche en émotions, m'avait épuisé. J'avais besoin de faire le point aussi, mais je préférais reléguer ça à mon programme du lendemain.
Pourtant, cette nuit fut l'une des pires que j'eus jamais passé jusqu'ici, car même une fois allongée dans mon lit et plongée dans le noir, je n'étais pas parvenue à chasser Nick de mes pensées. J'aurais tellement voulu être avec lui, juste au cas où. Pendant plus d'une heure, je n'avais pas cessé de me retourner sous les draps, comme s'il me manquait quelque chose à porter de main. J'avais tenté d'écouter de la musique pour m'apaiser, mais rien n'y fit. Et quand j'avais pu m'endormir, subrepticement, mes rêves m'avaient entraîné trop loin: j'étais dans une chambre à peine éclairée et je basculais sur un lit. Mais je n'étais pas seule. Rapidement, un homme était venu à ma rencontre. Je ne voyais pas son visage, mais je ressentais du désir et du plaisir pour lui. Jusqu'au plus profond de moi, je savais que cet homme ne me laissait pas insensible. Les yeux clos, je passais la main dans ses cheveux, tandis qu'il m'embrassait avec asciété. Mon coeur palpitait et j'étais prête à me soumettre à la moindre de ses caresses. Enfin, il se redressa et je rouvris légèrement les yeux pour le voir retirer son pull, laissant apparaître ses tatouages. J'esquissais un sourire, tandis qu'il se penchait à nouveau vers moi et alors que je passais mes bras autour de lui, il vint me chuchoter à l'oreille, avec un sourire en coin...:
_Combien je te dois?
Je n'eus même pas besoin de tourner la tête pour voir de qui il s'agissait et de toute façon, je n'en eu pas la possibilité, car le "rêve" prit fin et je m'étais réveillée en sursaut, à bout de souffle et en sueur. J'avais l'impression d'être devenue folle, comme si la rotation de la Terre s'était emballée avant de s'arrêter brusquement. J'étais complètement déboussolée; je n'arrivais plus à réfléchir. Pour tenter d'y parvenir, je m'étais levée avant de m'installer dans un fauteuil près de la fenêtre. J'avais besoin de comprendre ce qui m'arrivait et surtout, à qui allait mon coeur. J'étais avec Alex, alors pourquoi rêver de Nick? Bien sûr, cela aurait été un mensonge de dire qu'il me laissait insensible. Depuis que je connaissais le groupe _pas dans la réalité_ Nick avait presque toujours été mon préféré, jusqu'à devenir l'image "physique" de mes héros. Or, cette image ne ressemblait en rien à celui que j'avais rencontré, au départ. Mais aujourd'hui, c'était différent, en quelque sorte: il était intensément séduisant, charismatique, mystérieux. Il était mon fantasme depuis des années, mais aujourd'hui, il était "devant moi". Accessible, je pouvais presque l'atteindre, mais je ne parvenais pas à savoir qui il était vraiment. Ses facettes étaient multiples et évidemment, certaines me plaisaient plus que d'autres, mais tout en lui me troublait. De-là à dire qu'il y avait davantage, je ne pouvais l'avancer. Mes propres sentiments n'étaient pas clairs... Et puis, il y avait AJ. Lui aussi, charismatique et bourré de séduction, il était tellement plus franc, direct et droit, ce qui le rendait tellement accessible... Tout en lui respirait la gentillesse, de son regard à son sourire, jusqu'à sa démarche. "Alexander James MacLean: un drôle de mélange", m'étais-je dit en souriant avec tendresse. C'était l'effet qu'il me faisait: une bouffée d'oxygène. Il était tellement prévenant qu'avec lui, je n'avais aucune question à me poser. Je pouvais me laisser aller, être moi-même et il avait l'air de m'apprécier telle que j'étais, y compris avec mes maladresses ou mes bêtises. C'était aussi le cas de Nick, même si lui était moins direct. Et pour cause: j'étais quand-même avec l'un de ses meilleurs amis. Je représentais un fardeau, ou du moins, je me sentais comme tel. Que devais-je faire? Je ne parvenais pas à me décider. Devais-je partir et disparaître de leurs vies pour préserver leur amitié, quite à passer à côté du véritable amour ou de la concrétisation du rêve? Car après tout, n'était-ce pas cela? Avant l'amour, c'était juste des rencontres, la concrétisation d'un rêve. Et comme tout rêve, il prendrait fin. Alors, pourquoi continuer à souffrir en vivant tous ces doutes? Peut-être juste pour l'amour et une histoire en sachant que cela n'allait pas durer, ce que je n'étais pas sûre de pouvoir supporter. "Que dois-je faire?", fut la question récurrente de cette nuit, et qui resta presque sans réponse. Finalement, j'avais juste décidé de continuer à vivre, d'apprendre à connaître AJ, et les autres aussi, mais amicalement. Je devais brider mon coeur, le retenir, le contrôler et ne pas le laisser influer sur ma tête.
Cette décision prise, j'étais restée à ma place jusqu'au lever du soleil. Mon esprit au repos, avait besoin de s'aérer, aussi m'étais-je rapidement habillée avant d'aller courir. Je n'avais pas compté le temps et cela m'avait fait du bien, comme si j'étais aussi sortie de ma vie. Mais à mon retour, j'avais rapidement retrouvé mes "problèmes", car j'avais croisé Alex dans le hall.
_Te voilà! Je commençais à m'inquiéter: j'ai essayé de te joindre sur ton portable et je viens de ta chambre, mais tu ne répondais pas, raconta-t-il après un baiser.
_Désolée: je suis partie tôt pour courir et je n'ai pas vu le temps passer.
_Ce n'est pas grave: je suis soulagé. C'est stupide, mais j'ai eu peur que tu sois déjà partie... pour de bon.
La coïncidence avec mes pensées de la nuit fut si étrange que je m'étais brusquement redressée.
_Pourquoi aurais-je fait ça?
_Je ne sais pas... Tu aurais pu avoir eu peur, après ce qui s'est passé hier soir: l'histoire avec Nick... Je veux dire: ce n'était peut-être pas l'image que tu avais de nous...
Un sourire détendue et amusé apparut sur mes lèvres, avant que je ne réponde:
_Alex, je sais que vous n'êtes pas des anges, alors ce qui s'est passé hier n'allait pas me faire fuir. Je suis bien avec vous et je n'ai pas envie de laisser passer l'occasion d'être avec vous.
Il parut se détendre et à brûle-pourpoint, je ne pus m'empêcher de demander:
_Comment s'est passé ta nuit?
En une seconde, comme d'un coup de pinceau, son visage prit une teinte de gravité, tandis qu'il répondait:
_Ca a été. Nick a été un peu malade, alors on a dû l'aider à rejoindre la salle de bains, mais on a tous réussi à dormir quelques heures. Nick s'est réveillé avec un mal de crâne carrabiné, mais je crois qu'il ne l'a pas volé.
Je souris, mais intérieurement, j'étais soulagé que tout se termine bien. A présent, il était temps que je laisse Nick de côté. Sur un dernier baiser, j'abandonnais Alex pour aller me changer, et non sans lui promettre de le rejoindre le plus rapidement possible. Je crus sentir son souhait de monter avec moi, mais je n'étais pas assez sûre de moi et de ce que je voulais pour le lui proposer. Je n'étais pas du genre à coucher pour coucher, même avec lui: je voulais quelque chose de sincère, autant de ma part que de la sienne, même si notre "histoire" n'avait encore que 48h à vivre. Mais peut-être devais-je en parler avec Alex? Peut-être avait-il encore des doutes? Oui, il faudrait sans doute que je lui parle pour qu'on éclaircisse les choses et la situation sur notre "relation".
Une fois dans ma chambre, je semais mes vêtements sur le chemin de la salle de bains, avant de rentrer sous la douche, qui eut le don de rafraîchir mon coeur, faute de mieux, car mon esprit était loin d'être apaisé. J'appréhendais vraiment ma discussion avec AJ, mais je la lui devais. Je ne comptais pas lui parler de Nick, car, de toute façon, il ne pouvait rien se passer avec lui. Je venais à peine d'enfiler un peignoir et j'étais en train d'essaurer mes cheveux avec une serviette, lorsque j'entendis frapper à ma porte.
_Oui, j'arrive!, répliquai-je en allant ouvrir en continuant ma manoeuve capillaire, non sans me demander qui pouvait bien être derrière cette porte.
Se pouvait-il qu'Alex se soit impatienté et ait décidé de monter me rejoindre? Ce doute m'arrêta devant la porte et me fit hésiter. Qu'allais-je pouvoir lui dire? Je ne pensais pas être prise ainsi au dépourvu et devoir avoir cette discussion si tôt. De nouveaux coups me réveillèrent et revenue sur terre, sans réfléchir, j'ouvris la porte pour découvrir un jeune homme blond vêtu d'un jean et d'un pull rouge.
_Nick?, parvins-je à balbutier, les yeux écarquillés.

_________________
Vivi
Posté le: 23/05/2008 20:31:30 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Il était bien la dernière personne que je pensais trouver à ma porte à cette heure, et malgré la nuit arrosée qu'il avait passé, il semblait frais. Dans ces vêtements, il avait beaucoup plus d'assurance que moi, à peine sortie de ma douche. L'image que nous donnions, trottait dans ma tête et me donnait des idées controversées que je fis mon possible pour repousser.
_Bonjour.
_Que... qu'est-ce que tu fais là?
_Je ne veux pas te déranger, mais je voulais juste m'excuser pour mon comportement d'hier soir. Et puis, je tenais à m'assurer que cela n'avait pas causer de tors à ta relation avec AJ. Je ne voudrais surtout pas que vous vous sépariez, à cause de mon comportement.
_Qu... quoi?
"Est-ce que j'ai loupé un épisode, sur ce qui s'est passé, hier soir?", me demandais-je aussitôt, totalement perdue. Avais-je trop bu pour me rappeler de certaines choses?
_De quoi parles-tu, Nick?, l'interrogeais-je, les sourcils froncés.
_Et bien... je... j'étais saoul et par ma faute, Alex est resté avec moi, au lieu de... de...
Il semblait nerveux et osait à peine me regarder en face. Finalement, au bout de quelques secondes, je compris où il voulait en venir et mon visage prit feu avant que je ne rétorque avec fougue:
_Oh non! Non! Tu n'as rien empêché! Je veux dire... il était tout à fait naturel qu'AJ reste avec toi et je... Enfin, il ne se serait rien passé entre lui et moi, hier soir, de toute façon.
_Vraiment?, s'enquit-il d'une toute autre voix en me regardant enfin dans les yeux.
Il y avait tant d'intensité dans ses yeux bleu où je crus lire de l'espoir, que je détournais mon regard.
_Non, je... je ne suis pas ce genre de fille. J'adore Alex, mais je ne coucherais pas avec quelqu'un en sachant que nous n'avons que quelques jours devant nous. Enfin, tu vois ce que je veux dire... Je ne sais pas pourquoi je te raconte tout ça...
_Alors pourquoi restes-tu avec lui?, me demanda-t-il d'une voix étrange, qui me fit relever la tête.
Il n'était plus nerveux: les sourcils froncés, il avait presque l'air en colère. Ses traits étaient fermés et son visage grave, et sa question me parut à la fois étrange dans sa bouche et légitime, vu qu'il était l'un des meilleurs amis d'AJ.
_Je reste avec lui, parce que j'aime être avec lui et parce que je l'apprécie de plus en plus. J'ai envie d'apprendre à le connaître, de profiter de sa présence...
_Pour acquérir de la notoriété.
_Non! Pas du tout! Je n'accepterais jamais ça! Si je dois réussir, je veux que ce soit par moi-même et pas parce que je serais la petite-amie d'un tel ou un tel. Désolé que tu puisses penser ça de moi, mais je te l'ai dit: je ne suis pas le genre de fille qui coucherait avec AJ, juste pour dire que je l'ai fait. Il est peut-être AJ MacLean des Backstreet Boys pour la majeure partie de la Terre, mais aujourd'hui, pour moi, il est aussi "juste" un homme avec lequel je tisse des liens. Il est formidable et je veux en apprendre plus sur lui. C'est normal, non? Mais ce n'est pas parce que je suis bien avec lui et parce qu'on va se séparer dans deux jours, que je vais me jeter dans son lit. Je ne suis pas du genre à me lancer dans quelque chose d'aussi important, en sachant que ça ne mènera nulle part.
Il avait réveillé en moi, la fougue, la colère, qui effacèrent le malaise d'être en peignoir devant lui. Même si j'avais passé peu de temps avec lui, j'avais espéré qu'il s'était fait une meilleure idée de moi, et en cet instant, je ne pouvais empêcher mon coeur d'être égratigné par la déception. Nous nous affrontions du regard, mais le sien vira de plus en plus à la réflexion, le faisant basculer dans ses pensées, tout en m'étudiant. Finalement, il fut le premier à détourner les yeux et un sourire d'excuses aux lèvres, il rétorqua en levant doucement les yeux vers moi:
_Je suis désolé... encore une fois. Je ne voulais pas t'insulter: je veux juste protéger AJ ; et même si ce n'est pas une excuse, nous rencontrons tellement de filles qui veulent se servir de notre notoriété, que nous devons être prudents.
_Je comprends, mais tout le monde n'en veut pas à votre célébrité. Il y a aussi des gens honnêtes sur cette planète.
_Je sais et nous avons parfois l'occasion de croiser leur route. On aimerait bien les garder le plus longtemps possible avec nous... Je suis vraiment désolé... Il vaut mieux que je m'en aille... Mais je tiens à ce que tu saches que je vais éviter de trop me mêler de ta relation avec AJ, dorénavant.
_Merci, murmurai-je d'une voix faible.
Sur ces mots, nos regards restèrent accrochés et au travers, des gestes passèrent, restant invisibles, insensibles, inavoués.
_Bon, je vais y aller, annonça-t-il finalement en se détournant.
Mais après ce long regard visuel, je ne pouvais le laisser partir ainsi, pas si vite.
_Nick, le rappelai-je.
Aussitôt, il se retourna vers moi, en quête de la suite, mais me retrouver ainsi sous son regard, me troubla tant que, le temps d'une seconde, j'oubliais ce qu'il m'avait inspiré:
_Je... je suis contente que tu ailles bien.
Il sourit et rétorqua en posant une main sur sa tête:
_Merci, mais avec le mal de crâne auquel j'ai droit, ce matin, je suis puni.
_Ca t'apprendra peut-être à te modérer: tu es nettement plus intéressant, quand tu es sobre.
_"Intéressant"?, répéta-t-il avec un sourire en coin, un sourcil haussé.
La peur de m'être un peu trop dévoilée, me fit quelque peu paniquée et je dus détourner les yeux, un bref instant, pour rassembler mes idées avant de répondre:
_Oui... Séduisant, drôle, agréable à vivre...
Je sentais mon visage s'empourprer, mais au prix d'un effort, je rencontrais à nouveau son regard. N'avait-il pas changé? Il me semblait plus intense, de même que son visage s'était teinté d'un peu plus de gravité. D'ailleurs, sa voix me parut plus rauque, lorsqu'il répondit, plus bas:
_J'en prends bonne note.
A nouveau, il resta là, à me fixer, détailler les traits de mon visage, comme pour en capturer la moindre courbe, la moindre couleur, la moindre intensité. Sous cet examen, j'avais presque l'impression de percevoir le rythme accéléré des battements de son coeur, à l'unisson avec le mien. A moins que ce ne fut le mien, justement, qui résonnait un peu trop fort, comme un écho.
_Je vais te laisser, annonça-t-il d'une voix étrange, en continuant à me fixer.
Mais quelque chose avait changé sur lui, dans sa voix: était-ce belle et bien de la tristesse, de la déception? J'avais tellement peur que mon coeur et mon imagination me trahissent. Mais pour aller où? De toute façon, une relation avec Nick était encore plus vouée à l'échec, que celle que je vivais avec AJ. Il fallait que je le laisse partir, même si cela m'accablait de milliers de flèches. En me retenant à la porte, je le vis reculer de quelques pas, puis avec une esquisse de sourire désolé, il tourna les talons. Au prix d'un effort surhumain, je ne bougeais pas. Je devais m'accrocher de toutes mes forces à la porte et à l'encadrement pour ne pas lui courir après et lui sauter au cou pour lui voler un baiser, comme mon coeur et tout mon être me soufflait de le faire. Et puis, lorsque je perçus la sonnerie annonçant l'ouverture des portes de l'ascenseur un peu plus loin, je refermais la porte, lentement. Au déclic de fermeture, je m'appuyais contre le battant et je fondis en larmes en me laissant glisser au sol. Une fois là, je m'assis sur la moquette et adossée à la porte, je laissais courir mes larmes sur mon visage, les poings serrés agrippant tout ce qu'il pouvait. J'étais tellement frustrée! Je venais de comprendre et de m'avouer ce que je ressentais pour Nick: du désir; un désir beaucoup plus violent que ce que je ressentais pour AJ, sans doute parce qu'il avait mûri pendant des années, bien avant cette rencontre. C'était ce qui avait fait que j'avais été déçue par nos premières rencontres et c'était pourquoi j'avais tant de mal à le quitter, à présent. J'adorais AJ, son humour, sa douceur, son attention, sa tendresse, mais en ayant Nick et AJ côte à côte devant moi, mon regard était automatiquement attiré par le premier, contre l'avis de ma raison. Mais mon coeur lui se laissait tour à tour corrompre par mon désir et ma raison. Je savais que je serais bien avec Alex, alors qu'avec Nick, si jamais il se passait quelque chose, ce ne serait que des montagnes russes et je souffrirais. Arrivée au bout de cette réflexion, j'avais envie de m'enfuir, de quitter cet hôtel pour un autre, où ni AJ, ni Nick ne pourrait me retrouver. C'était lâche, mais c'était aussi peut-être la solution la plus sage, pour que personne ne souffre, ou le moins possible. Alors, pourquoi ne pouvais-je m'y résoudre? Ce n'était pas par égoïsme... Quoi que. Mais le rêve que je vivais en étant avec ces gens merveilleux, était si entêtant et tentant que je ne pouvais choisir cette fuite. "Il y a sans doute une autre solution! Il "doit" y en avoir une autre!", m'assénai-je avec fougue. La première chose à faire était sans doute, de parler à Alex: il fallait que je mette un terme à notre pseudo histoire d'amour qui ne pouvait mener nulle part. De plus, je ne savais pas ce qu'il attendait de moi ou de ces quelques jours... Oui, une discussion sérieuse était plus qu'urgente.

_________________
Vivi
Posté le: 23/05/2008 20:33:09 Répondre en citant

Hors ligne
Modérateur Modérateur
Inscrit le: 29 Aoû 2006 Messages: 181
Prénom: Virginie
Age: 26 ans
Localisation: Laval
Fave BSB:
Bien décidée à tout ranger dans nos vies, dès aujourd'hui, je me levais d'un bond avant de courir m'habiller. Vêtue d'un jean, et d'un pull court avec un col en V par-dessus un court chemisier blanc, je descendis à la salle de restaurant pour prendre mon petit-déjeuner avec Alex. Ce ne serait peut-être pas une bonne façon de commencer la journée, mais plus tôt ce serait fait, et plus de temps aurais-je à ma disposition pour tenter d'arranger les choses. Malheureusement, en faisant mon entrée, je compris que j'allais encore devoir remettre à plus tard, cette mise au point, car AJ était à la même table que les Littrell et Howie. Bien qu'un peu déçue par ce "frein", je fis un effort pour sourire. Cependant, j'étais soulagée de ne pas trouver Nick parmi eux, même si je craignais aussi de le voir arriver un peu plus tard. Après avoir commandé, je pris mon petit-déjeuner en écoutant les discussions, annonçant visiblement le programme de la journée des garçons. Apparemment, ils avaient beaucoup de promotion à faire dans des émissions télévisées ou à la radio, avant de se rendre au Soundcheck en fin d'après-midi, puis à la préparation du concert du soir.
_Je suis désolée, Vivi, mais on ne va pas pouvoir se voir beaucoup aujourd'hui.
_Ce n'est pas grave: je comprends. Et puis, moi aussi, j'ai beaucoup de choses à faire et à voir.
_De toute façon, Virginie, tu viens au concert, ce soir?, s'enquit Howie.
_Bien sûr! Je ne manquerais ça, pour rien au monde, répliquai-je avec fougue, la fan prenant le pas sur la femme.
_Dans ce cas, tu pourrais peut-être venir au Soundcheck avec Baylee et moi?, suggéra Leighanne.
_Ce serait avec grand plaisir.
_Bon! Et puis, il nous restera toujours demain pour passer du temps ensemble, renchérit AJ, un bras posé sur le dossier de ma chaise.
"Oui, si tout se passe bien", pensai-je en le regardant dans les yeux. Son sourire me pinçait le coeur: j'espérais qu'il ne s'était pas déjà trop attaché à moi. Il était tellement adorable que je ne voulais surtout pas le faire souffrir. Je lui rendis son sourire en pensant sincèrement à lui.
Environ un quart d'heure plus tard, on vînt chercher les garçons pour qu'ils partent travailler. Restée seule avec Leighanne, je l'observais tandis qu'elle s'occupait de Baylee:
_Il est vraiment adorable, déclarai-je avec un sourire amusé, en regardant le bambin aux boucles blondes.
_Oh, il ne faut pas se fier aux apparences. Il est comme son père: il a l'air d'un ange, mais à l'intérieur, un vrai démon sommeille.
Elle me raconta quelques anecdotes sur leur vie de famille, avant que je ne l'interroge sur ses sentiments, lors de sa rencontre avec Brian.
_C'est lui qui est venu vers moi: il était très respectueux, mais très drôle. Il était très simple aussi et adorable, mais je pensais que ça s'arrêterait à la fin du tournage, tu vois? Mais il m'a demandé mon numéro et m'a donné le sien. Ca aurait pu s'arrêter là, mais il m'a rappelé au bout de trois jours pour qu'on se revoit et ça a commencé comme ça.
_Tel que tu en parles, il a plus craqué sur toi, que toi sur lui, au départ.
_Oui, c'était un peu ça: je le trouvais séduisant, drôle et tout, mais je ne voulais pas m'emballer, parce que c'était une célébrité. Je ne le connaissais pas personnellement, je ne savais pas s'il était sérieux, sincère... Ce n'est qu'après qu'il m'a convaincue.
Son récit me fit réfléchir. Je me perdis dans mes pensées, où je tentais d'analyser ma relation avec AJ en la comparant au couple formé par Brian et Leighanne. Cette dernière sembla d'ailleurs lire ma perplexité sur mon visage, car elle demanda:
_Quelque chose ne va pas, Vivi?
_Je..., commençai-je, hésitante, avant qu'une barrière ne se brise en moi.
J'avais tellement besoin de me livrer, de me confier. J'avais voulu le faire, la nuit passée, lorsque j'étais en plein doute, mais je ne savais pas vers qui me tourner, qui appeler. Qui aurait pu comprendre ma situation? Qui aurait pu me conseiller, de façon assez juste pour m'aider? Leighanne était là, prête à m'écouter, et j'étais tellement perdue, que je ne pus refuser cette main tendue.
_Je ne sais pas..., avouai-je avec un triste sourire.
De toute évidence, elle ne s'attendait pas à cela, car elle fronça les sourcils un instant, avant que son visage ne se détende, tandis qu'elle posait sa main sur la mienne.
_Est-ce qu'il y a quelqu'un d'autre?
_Quoi?, demandai-je en sursautant, loin de m'attendre à cette question.
_Est-ce que tu as déjà un homme dans ta vie, en France?
_Non! Non, je... je n'ai personne... en France.
J'avais délibérément hâché mes mots, dans l'espoir qu'elle comprenne ou qu'elle puisse lire dans mes pensées. Mais comme elle gardait le silence, je pris les devants en demandant, à brûle-pourpoint:
_Qu'est-ce qui compte le plus en amour, le désir ou le bien-être?
_Alors, il y a bien un autre homme, répondit-elle avec sérieux.
J'étais mal à l'aise de l'avouer, mais si je voulais des réponses, je devais aller au fond des choses et dire la vérité:
_Oui, répondis-je timidement.
_Et tel que tu en parles, je suppose qu'AJ représente le "bien-être".
J'acquiescais en osant à peine la regarder: après tout, elle était quand-même la femme d'un des meilleurs amis d'Alex. Alors, prise en faute, je ressentis le besoin de me justifier:
_Je suis bien avec Alex: je le trouve adorable, gentil, drôle, attentionné, tendre, doux... Il fait tout pour que je me sente bien...
_Mais tu ne ressens pas de désir pour lui.
_N... non... ou pas autant que l'autre.
_Et je suppose que tu ne le lui as pas encore dit.
_Non... A vrai dire, je ne me le suis avouer que ce matin et je comptais en parler avec lui au petit-déjeuner, mais...
_Ok, je comprends...
Son visage était grave, autant que sa voix, et j'eus l'impression qu'elle m'en voulait. Mais elle me détrompa quelques instants plus tard, lorsqu'elle répliqua:
_Vivi, tu n'as rien à te reprocher: tu connais AJ depuis moins de 72h et dans 48h, vous serez séparés. Votre situation n'est pas évidente, parce que vous n'avez pas vraiment le temps d'apprendre à vous connaître. Mais je crois que tu dois mettre les points sur les "i" avec Alex, et le plus tôt sera le mieux. J'ai l'impression qu'il s'attache à toi.
_Moi aussi, je suis très attachée à lui!
_Mais pas en tant que petite-amie...
_Non... et je le regrette, car j'aurais vraiment voulu lui rendre tout le bonheur qu'il m'a donné, ces deux derniers jours.
_Je sais...
Un court silence s'installa, agrémenté des babillages de Baylee, avant que je ne me décide à reprendre timidement:
_Tu crois qu'il m'en voudra?
_Je ne sais pas. Je pense qu'il comprendra, mais qu'il sera déçu.
Comme Baylee montrait des signes d'impatience, Leighanne décida de remonter dans leur suite et elle me demanda de l'accompagner, car elle voulait encore me parler. Alors que nous sortions du restaurant pour rejoindre dans l'ascenseur, je la voyais silencieuse et le visage peigné par le sérieux. Ce n'est qu'après avoir appuyé sur le bouton d'appel de l'ascenseur, qu'elle me demanda:
_L'autre homme, sait-il ce que tu ressens pour lui?
Aussitôt, mon visage s'empourpra, comme si elle venait de me dire qu'elle avait deviné l'identité de Nick. J'avais tellement peur qu'on le découvre et qu'on confirme mes désillusions, en me disant que Nick n'était pas prêt à une relation sérieuse ou qu'il n'était pas fait pour moi...
_Je... je ne sais pas. J'espère que non: la situation est déjà assez compliquée comme ça.
_Alors, il ne s'est rien passé entre vous?
Parler de "rien", serait peut-être un peu fort, car j'étais encore secouée par des moments intemporels vécus avec Nick, des bons comme des mauvais. Mais je pense que dans son sens à elle, il ne s'était en effet, "rien" passé entre nous.
_Non, répondis-je en baissant les yeux.
Nous entrâmes dans l'appareil, et ce ne fut que lorsque les portes se furent refermées sur nous, que je poursuivis, le regard vide:
_Je te l'ai dit: c'est préférable qu'il ne sache rien.
_Pourquoi? Il ressent peut-être la même chose que toi?
_Peut-être... J'en ai l'impression parfois..., pensai-je à voix haute.
_Alors, qu'est-ce qui te retiens?
_Ma relation avec AJ, pour commencer.
_Et ensuite?
"Sa relation avec AJ", eus-je envie de répondre, mais je savais que je risquais de tout dévoiler avec ces simples mots. Alors, je choisis une réponse plus évasive, bien que véridique:
_Il n'est pas prêt.
_Comment ça? Prêt pour une relation durable?
_Oui. Je crois qu'on ne veut pas les même choses, sur le long terme. Lui me verrait plus comme une conquête, une femme d'un soir sur la durée de...
Comprenant que je m'étais lancée un peu trop loin, je m'étais arrêtée nette, mais je n'osais toujours pas regarder Leighanne. Avait-elle compris que je parlais de Nick? Mes "sentiments" pour lui me paraissaient si évidents, si visibles, que je n'arrivais plus à faire la part des choses.
_Tu te trompes peut-être sur lui?, suggéra ma confidente.
_Comment ça?, demandai-je, intriguée, en la regardant enfin, les sourcils froncés.
_Un homme à femmes est ainsi jusqu'à ce qu'il trouve la bonne, l'unique, celle qui sera la dernière. Or, il s'agit peut-être de toi; c'est peut-être "toi", cette femme qui le fera changer et être lui-même.
C'était quelque chose que j'espérais, mais cette idée me paraissait tellement improbable dans la bouche de Leighanne que je la regardais, comme si j'étais devenue folle. Les portes s'ouvrirent sur leur étage et elle sortit en tenant Baylee par la main. Mais voyant que je ne l'accompagnais pas, elle se retourna:
_Tu ne viens pas?
La proposition était tentante, mais j'avais tellement peur d'en dire trop, qu'elle comprenne mes sentiments pour Nick et qu'elle me juge mal, que je préférais refuser.
_Non, je... J'ai encore des choses à faire...
_Bon... Alors, retrouvons-nous dans le hall vers 15h, si tu veux? Et d'ici-là, réfléchis bien à ce que je t'ai dit. Mais sache que je serais là pour te soutenir, quoi que tu fasses.
Elle sourit et les portes se refermèrent devant moi. Mécaniquement, j'appuyais sur le bouton de mon étage. Je n'étais plus seule, mais je n'étais pas pour autant rassurée. Après tout ça, j'avais encore plus peur de la réaction d'Alex, même si Leighanne m'avait assuré qu'il comprendrait, tôt ou tard.
Au cours de la matinée et du début d'après-midi, Kim vint me chercher, car je devais participer à une émission de télé et une autre de radio, pour parler de mon livre. J'étais soulagée, car cela me permit de concentrer mon esprit sur autre chose que ma vie privée. Dans la voiture, elle me montra aussi les résultats du photoshoot à l'hôtel. J'eus du mal à me reconnaître, tellement les photos me mettaient en valeur. Je n'avais jamais pu trouver en moi, la femme matérialisée sur le papier. "Sans doute m'ont-ils retouchée à l'informatique", ne puis-je m'empêcher de penser avec ironie, malgré Kim qui m'avait assuré le contraire. Elle me laissa devant l'hôtel et j'étais en train de feuilleter certains clichés, lorsque Leighanne m'interpella:
_Vivi!
Je ne l'avais pas vu arriver et j'avais totalement oublié notre rendez-vous. En jetant un oeil à ma montre, je découvris qu'il était un peu plus de 15h. En relevant les yeux, je fis face à Leighanne.
_Pardon. Je n'ai pas vu l'heure passer...
_Ce n'est rien: nous ne sommes pas en retard, de toute façon, vu que le soundcheck est à 16h. Mais il faut qu'on y aille maintenant, déclara-t-elle en m'entraînant par le bras.
_Je... je voulais monter me changer dans ma chambre...
_Pas la peine: tu es déjà très bien comme ça, me poussa-t-elle presque dans le van. Allez, en route!

_________________
Contenu Sponsorisé
Posté le: 19/10/2017 17:24:46
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1    
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
La date/heure actuelle est 19/10/2017 17:24:46 - créer un forum